Farouk Bouaskar : « Par responsabilité, nous avons accepté la composition de la Commission électorale.

  • par
فاروق بوعسكر: 'مـن منطلق المسؤولية قبِلنا بعضوية هيئة الانتخابات'

Le chef de la Haute Autorité Indépendante pour les Elections, Farouk Bouaskar, a déclaré lors de la réunion du conseil de l’instance ce vendredi 13 mai 2022, que la composition de la nouvelle autorité comprend des compétences hautement qualifiées et expérimentées, notamment en ce qui concerne le scrutin électoral. processus, ainsi que des compétences judiciaires dans diverses spécialisations, ainsi que dans le domaine de la sécurité de l’information.

Il a souligné le souci des membres du nouvel organe pour son indépendance et son autonomie et leur travail dans le cadre de la loi et des institutions de l’Etat, « dans le cadre de l’application de la loi à tous, sans discrimination ».

Bouaskar a noté que c’est la pratique qui permettra de juger de l’étendue de l’indépendance de la commission, considérant en même temps que « l’indépendance est une question subjective autant qu’institutionnelle ».

Il a également souligné qu’accepter la responsabilité qui a été présentée aux membres du nouvel organe, n’est pas un désir de rester quatre ans, comme on le dit, mais plutôt par responsabilité », expliquant l’existence d’un décret et d’une nouvelle loi. autorité qui sera installée sans restriction si elle décide de réviser la loi électorale.

À son tour, un membre de la Commission électorale, Sami Ben Salama, a indiqué que le plus gros problème auquel la commission est confrontée n’est pas le calendrier, mais plutôt la preuve de l’indépendance des membres du conseil de la commission ainsi que de l’organe exécutif.

A cet égard, Ben Salama a rappelé le chapitre 3 de la loi réglementant le travail de la commission, relatif à la mise en place de mécanismes de régulation, de contrôle et de gestion qui garantissent l’intégrité et la transparence des élections, soulignant que le fichier électoral exige un contrôle comme l’exécutif organe de la commission, qui à son tour exige un audit, pour vérifier l’impartialité du personnel de la commission supérieure indépendante. pour les élections.

Il a déclaré que la Commission électorale « est un organe de l’État qui n’est soumis ni au président, ni au gouvernement, ni à aucun parti interne ou externe, et qu’il sera à la même distance de tous les partis, et ses membres travailleront l’impossible pour prouver leur impartialité et leur indépendance. »

Après avoir noté le rôle de la précédente commission et son succès dans l’inscription d’un million et demi d’électeurs, il a été souligné que les élections ne sont pas seulement une manifestation politique, mais plutôt un événement national crucial qui doit être couronné de succès, notant que les tâches principales de la commission , réglementés par la loi, doivent préparer et approuver la liste définitive des électeurs et des candidats et les rapports Surveiller les campagnes électorales.

Il est à noter que le cortège de prestation de serment du chef de la Haute Autorité Indépendante pour les Elections et de ses membres, a été organisé hier, jeudi, au Palais de Carthage, sous la conduite du Président de la République, Kais Saied, d’après le Journal Officiel de la République tunisienne a pris, le 9 mai, l’arrêté présidentiel n° 459 relatif à la nomination des membres du Conseil de l’Autorité des élections supérieures indépendantes.

source (watt)


#Farouk #Bouaskar #Par #responsabilité #nous #avons #accepté #composition #Commission #électorale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.