Sociologue : les groupes ultras sont devenus un refuge pour les jeunes

  • par
مختصّ في علم الاجتماع: مجموعات ''الألتراس'' أصبحت ملجأ للشباب

Sociologue : les groupes ultras sont devenus un refuge pour les jeunes

Le sociologue, Mohamed Gouili, lors de son animation de l’émission « Meddy Show » aujourd’hui, vendredi 13 mai 2022, a estimé que le diagnostic de la réalité des jeunes en Tunisie est très superficiel, et « on ne parle des jeunes qu’en des temps de crise », selon lui.

Mohamed Goweili a pointé le manque de volonté d’améliorer la situation, soulignant que « les demandes des jeunes ne sont pas traditionnelles et nécessitent de la créativité et de l’innovation… ».

Le porte-parole a estimé que 3 termes peuvent décrire la situation de la jeunesse en Tunisie, qui sont « hagra » et « évasion », c’est-à-dire le désir d’émigrer ou de se suicider et de consommer de la drogue, selon son communiqué.

« Le tissu de mes associations… pas une société civile »

L’invité du « Medi Show » a également estimé qu’il n’y a pas de société civile en Tunisie, mais plutôt un « tissu associatif », affirmant : « On ne peut pas dire qu’il y a une société civile en Tunisie, car la société civile a le pouvoir de pression et de changement. »

Dans ce contexte, il a déclaré que s’engager dans la société civile n’est pas le cas de tous les jeunes, étant donné que « la demande est plus que l’action » pour les jeunes.

Ultras et groupes de jeunes

Muhammad Goweili a souligné l’intensité de l’implication des jeunes dans les groupes « ultras », estimant que « les jeunes ont recours à ces groupes parce qu’ils les soustraient aux règles et aux stéréotypes ».

Dans ce contexte, a-t-il déclaré, « il y a une nouvelle idéologie chez les jeunes, qui est l’expérience », ajoutant : « Internet est entré dans la ligne… les réseaux de prostitution et de drogue, même Daesh, et les gens se déplacent à travers ces réseaux. . »


#Sociologue #les #groupes #ultras #sont #devenus #refuge #pour #les #jeunes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.