Qais Saeed : « Ce qui s’est passé est une honte… et nous n’avons pas besoin de stades où le sang coule… »

  • par
قيس سعيد: ''ما حصل عار.. ولا حاجة لنا بملاعب تسيل فيها الدماء..''

Qais Saïd :

Aujourd’hui, jeudi 12 mai 2022, le président Kais Saied a reçu le ministre de la Jeunesse et des Sports, Kamal Daqish, dans une rencontre qui survient après les émeutes qui ont eu lieu lors du derby de la finale de la Coupe de Tunisie de handball hier, mercredi.

Dans son commentaire sur ce qui s’est passé dans la salle Radès, le président de la République a déclaré : « Ce qui s’est passé hier n’est pas nouveau, mais c’est dangereux. Ce qui s’est passé, ce sont des conflits entre groupes, avec l’enflammement de partis connus », ajoutant : « Tout est organisé pour un entretien sauf que l’affaire est devenue une arène de conflit… »

Le président de la République a poursuivi : « Ce qui s’est passé hier est une honte pour le sport tunisien et les décisions qui s’imposent doivent être prises, d’autant plus que le sang a coulé ces dix dernières années et même avant. »

Il a souligné que les slogans qui sont brandis dans les stades nécessitent inévitablement une étude politique très expressive, soulignant dans le même contexte la nécessité d’appliquer la loi à l’identique.

Dans la même réunion, le chef de l’État a ajouté : « Si des vies vont tomber dans les stades, nous n’en avons pas besoin », poursuit-il, « si les stades et les matchs sportifs vont se transformer en règlements de comptes entre les lobbies, ce ne sera pas physique ». l’éducation et le sport. »

Le chef de l’État a exigé la fin de la violence dans les interviews sportives et la divulgation de la manière dont Al-Shamreikh était entré dans la salle.

D’autre part, a déclaré Said, « il est déraisonnable que le quartier olympique d’El Menzah reste ainsi négligé, d’autant plus qu’il est considéré comme un monument de la Tunisie, à l’instar du stade Chedli Zouiten », ajoutant que des fonds financiers doivent être alloués. entretenir les stades de Radès, El Menzah et Chadli Zouiten, et se pencher sur la situation de la piscine. négligé pendant des années.

Le Chef de l’Etat a conclu son entretien avec le Ministre de la Jeunesse et des Sports en soulignant qu’« en cas de manque de sécurité, de manque d’éducation physique et de manque de clarté, nous n’avons pas besoin de stades où le sang coule… »


#Qais #Saeed #qui #sest #passé #est #une #honte #nous #navons #pas #besoin #stades #où #sang #coule

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.