Abeer Moussa: Le ministère de l’Intérieur a rejeté la marche libre destourienne et mis en garde contre son organisation

  • par
Abeer Moussa: Le ministère de l'Intérieur a rejeté la marche libre destourienne et mis en garde contre son organisation

Le Parti constitutionnel libre a annoncé, dans un communiqué aujourd’hui, vendredi, que suite à l’annonce du parti lors d’une conférence de presse tenue le 12 avril 2022, il organiserait une marche vers le Palais de Carthage le dimanche 15 mai 2022, pour protester contre L’assaut de Qais Said contre le droit des Tunisiens à la citoyenneté et son glissement vers un régime absolu et sa quête de jeter les bases de l’État califat basé sur l’allégeance au dirigeant par son ordre, et après que la direction du parti a fourni des informations juridiques sur la manifestation au autorités compétentes dans les délais requis, le membre du Bureau politique chargé du dépôt des médias a été notifié du refus du ministère de l’Intérieur d’organiser ladite marche et averti des conséquences de son organisation.

Les services de sécurité se sont également abstenus d’envoyer une correspondance écrite au représentant légal du parti, y compris le refus, et ni le ministère de l’Intérieur ni le Wali de Tunisie n’ont envoyé de lettre au chef du parti rejetant la manifestation.

Consignes orales et politique de doubles standards :

Al-Dustari Al-Hur a exprimé sa dénonciation de l’administration intentionnelle du pays par les propriétaires du pays selon des instructions verbales et condamne le non-respect des procédures légales requises par les responsables et dénonce l’arbitraire systématique de l’administration envers le parti, qui est considéré comme une perpétuation de la corruption et une atteinte au devoir d’impartialité imposé aux intérêts sécuritaires et administratifs, et a déploré les restrictions continues à ses mouvements et l’obstruction de ses activités dans plus qu’il ne convient malgré son attachement aux arrangements juridiques, ce qui représente une atteinte flagrante à la liberté d’association et au droit d’expression.
Al-Dustourian a condamné ce qu’il a décrit comme la politique des deux normes adoptée par le gouvernement de Najla Boden, en n’enregistrant aucun rejet des mouvements des groupes soutenant Qais Saeed, en leur ouvrant la voie et en facilitant la participation aux manifestations organisées par ces groupes, alors que harcelant le Parti constitutionnel libre, réduit au silence sa voix et le privant de son droit de pratiquer son travail. L’organisateur, estimant que la restriction de ses déplacements reflète la grande crainte de sa capacité de mobilisation populaire et la volonté d’obscurcir la convergence de larges groupes du peuple tunisien autour de leurs positions et choix nationaux et s’inscrit dans le cadre d’une tentative d’illusion l’opinion publique nationale et internationale qu’il n’y a pas d’opposition populaire aux orientations de Qais Saeed, ce qui facilite la poursuite de la promotion du mensonge de la légitimité et de la falsification de la vérité pour s’emparer injustement du pouvoir.

Demande d’accès aux informations de l’Etat Tunisien et du Ministère de l’Intérieur :
Comme indiqué dans la déclaration de la Constitution libre, « Il a soumis une demande d’accès à l’information à l’État tunisien et au ministère de l’Intérieur pour connaître l’organisateur de la marche annoncée sur les pages de soutien de Qais Saeed sur Facebook le 8 mai 2022 , qui portera la responsabilité de tout glissement vers la violence, notamment à la lumière des campagnes d’incitation, de mobilisation et de promotion du mensonge menées par les partisans de Qais Saeed contre le chef du parti et leur demande publique de dissolution du Parti constitutionnel libre et du attaque contre son quartier général.
Il a également affirmé « qu’il ne restera pas silencieux face au processus systématique de répression à son encontre, et qu’il ne succombera pas au processus de faire taire la voix de larges groupes au sein de la société qui rejettent le processus électoral que Qais Saeed cherche à abattre les Tunisiens pour faire passer son projet politique personnel, et il n’acceptera pas le renversement des règles du jeu électoral d’une ampleur qui confisque la volonté populaire et la pré-tromperie des résultats électoraux. Dans les prochaines heures, il annoncera son escalade des démarches de protestation face à l’atteinte à ses droits légitimes, aux menaces, aux menaces et aux violences politiques faites aux femmes contre son président, Abeer Moussa », selon le texte du communiqué.


#Abeer #Moussa #ministère #lIntérieur #rejeté #marche #libre #destourienne #mis #garde #contre #son #organisation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.