Observateurs : le décret n° 55 comprenait des violations qui heurtaient fondamentalement les règles du processus électoral

  • par
مراقبون: المرسوم عدد 55 تضمن خروقات ضربت بصفة جوهرية قواعد العملية الانتخابية
Spread the love

L’ancien chef du réseau « Observateurs », Rajaa Al-Jabri, a déclaré que le décret n° 55 de 2022 « comportait des violations qui heurtaient fondamentalement et explicitement les règles du processus électoral, et tous les gains liés au processus électoral en termes de transparence et intégrité. »
Al-Jabri a ajouté, lors d’une conférence de presse tenue par le réseau « Observateurs » aujourd’hui, jeudi, dans la capitale, pour présenter ses observations sur « le parcours électoral et la campagne électorale pour les élections législatives anticipées du 17 décembre 2022 », que le réseau, selon le chapitre 4 de la loi électorale, adhère à son droit d’observer l’ensemble du processus électoral, loin de blanchir le chemin et de lui conférer une légitimité.
Et elle a estimé que la présence du réseau le jour du scrutin lui permettrait d’évaluer l’efficacité de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections et des membres des bureaux de vote quant au degré de respect des procédures légales, en plus d’informer le public sur le déroulement du processus de vote et le suivi des taux de participation.
Dans un contexte connexe, elle a fait la lumière sur les violations contenues dans le décret 55 relatif à la justice représentative, dénonçant la rédaction de ce décret dans la période exceptionnelle de manière unilatérale sans l’implication d’aucune partie, y compris la Commission électorale, « chuchotant le processus électoral dans un manière claire et explicite », comme elle le dit.
Elle a dénoncé ce qu’elle considérait comme « l’attaque du décret contre un acquis important, qui est la participation des femmes, des jeunes et des personnes ayant des besoins spéciaux », alors que le pourcentage de femmes candidates ne dépassait pas 12% et que plus de 60% des circonscriptions électorales le faisaient. pas de candidates, selon son affirmation.
Elle a également noté que la division des circonscriptions électorales selon le décret 55 « ne repose pas sur un critère objectif », ce qui rend ces circonscriptions très étroites et ne respecte pas la représentation équitable, en plus de l’abolition du financement public qui, selon elle , est « un préjudice direct à la classe vulnérable des femmes, des jeunes et des personnes handicapées ». Pour ouvrir la porte à ceux qui ont de l’argent » (faisant référence à la question de la collecte des recommandations et de l’achat des votes).
Il est à noter que le réseau « Observateurs » avait précédemment fourni une lecture du décret n° 55 modifiant la loi électorale sous le titre « Les conditions de collecte des recommandations ont rendu difficile le processus de candidature », dans lequel il a confirmé que la question des recommandations, qui représentait l’une des révisions les plus importantes de ce décret, a contribué à enregistrer de grandes difficultés en relation avec la soumission des candidatures.
Le Réseau des observateurs a estimé que la question des parrainages et de la division territoriale approuvée « entraînait un net déséquilibre dans les candidatures soumises », en particulier entre les circonscriptions nationales et étrangères, car aucune candidature n’a été soumise à la circonscription africaine et une seule candidature a été soumis à chacune des circonscriptions d’Asie et d’Australie et à la circonscription des Amériques. .
Il est à noter que le décret n° 55 du 15 septembre 2022 porte révision et complément de la loi organique n° 16 du 26 mai 2014 relative aux élections et référendums.


#Observateurs #décret #comprenait #des #violations #qui #heurtaient #fondamentalement #les #règles #processus #électoral

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *