Algérie : Le procureur requiert 18 ans de prison contre l’ancien PDG de Sonatrach pour corruption

  • par
الجزائر: ممثل النيابة يطلب السجن 18 سنة بحق رئيس سوناطراك التنفيذي السابق بتهم فساد
Spread the love

Le représentant du Procureur de la République près le Pôle Corruption près le Tribunal d’Alger a requis une peine de 18 ans de prison contre Abdelmoumen Ould Kaddour, l’ancien PDG de Sonatrach, pour « gaspillage de fonds publics » dans l’achat d’une raffinerie de pétrole en Italie d’une valeur de 2,1 milliards de dollars.

Ould Kaddour, qui a été remis des autorités de Dubaï en août 2021, était représenté avec son adjoint, Ahmed Mazighi, qui a supervisé les acquisitions de Sonatrach, le géant des hydrocarbures en Algérie, pour la raffinerie d’Augusta et diverses infrastructures dans le sud de l’Italie en 2018.

Les chefs d’accusation ont été accusés de « conclusion d’accords qui violent la loi dans le but d’accorder des privilèges injustifiés à autrui, de dilapider les fonds publics, d’abus d’influence, de conflit d’intérêts, en plus de l’accusation de ne pas avoir recours à des conseils lors de la conclusion de l’accord .”

En conséquence, le représentant du ministère public a requis « le prononcé d’une peine de 18 ans contre Abdelmoumen Ould Kaddour, de 10 ans contre Ahmed Mazighi, et d’une amende d’un million de dinars (environ 7 000 euros) ».

Selon le parquet, « toutes les opérations menées par la Direction générale dans le cadre de cette transaction sont illégales… et ont coûté 2,1 milliards de dollars au Trésor de l’entreprise ». Quant à la valeur de la raffinerie elle-même, Sonatrach a payé 720 millions de dollars, selon le parquet, qui a précisé que les dépenses supplémentaires étaient liées au stock de pétrole (916 millions de dollars) qui se trouvait dans la raffinerie, en plus de l’entretien, de la modernisation et des études. , depuis que l’usine d’Augusta est entrée en production en 1950.

Ould Kaddour, un ami proche de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, a pris ses fonctions en 2017 dans l’entreprise détenue à 100% par l’État et d’une importance capitale pour l’économie algérienne, qui reçoit 60% de ses ressources budgétaires et 95% de ses exportations. revenus des hydrocarbures.

Il a été démis de ses fonctions quelques jours après la démission de Bouteflika, décédé en 2021, sous la pression d’un mouvement de contestation sans précédent, et après 20 ans à la présidence du pays. Il a fui le pays sans préciser sa destination avant d’être arrêté à Dubaï en mars en vertu d’un mandat d’arrêt international, à la demande de la justice algérienne.

Source : Al-Quds Al-Arabi


#Algérie #procureur #requiert #ans #prison #contre #lancien #PDG #Sonatrach #pour #corruption

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *