I’m Watching appelle le Conseil supérieur de la magistrature à mettre fin à l’annexion de Farouk Bouaskar

  • par
I'm Watching appelle le Conseil supérieur de la magistrature à mettre fin à l'annexion de Farouk Bouaskar

L’organisation « I’m Watching » s’est dite « pas surprise » de la liste des personnes choisies par le président pour former la composition de la Haute Autorité Indépendante pour les Elections, « parce que la Présidence de la République a adopté une politique de nomination le la base de l’obéissance et de la loyauté jusqu’à ce que la compétence devienne un critère inutile dans les postes sensibles. »

L’organisation a estimé, dans un communiqué, mardi, que la nomination du juge Farouk Bouaskar à la tête de la commission pour une durée supplémentaire de quatre ans, après qu’il ait passé cinq ans au sein de la Haute Autorité indépendante pour les élections dissoute et élue parmi ses membres en 2017, soulève des problèmes liés à sa nomination comme juge, l’article 40 prévoyant un second mandat. De la loi n° 29 de 1967 du 14 juillet 1967 concernant le système des juges et le Conseil supérieur de la magistrature et la loi fondamentale pour les juges stipule ce qui suit : « Le cas d’adhésion pour une période n’excédant pas cinq ans, non renouvelable », sachant que Bouaskar vient d’être promu juge de troisième rang.

Elle a souligné que la nomination de personnalités connues pour être hostiles ou proches de certains courants politiques ou du Président de la République dans une instance censée être au même niveau que l’égal de tous, porte atteinte à la crédibilité de toute décision rendue par celui-ci et ouvre la porte à la remise en cause des résultats des prochaines élections. Et remettant en cause l’intégrité intellectuelle des membres de cette instance, selon le texte de la communication.

Le communiqué souligne que le référendum qui doit être organisé le 25 juillet était une tentative de donner une fausse légitimité à un projet personnel du président de la République, projet considéré par l’organisation qu’il ne reflète pas la nécessité de « la volonté du peuple . »

L’organisation a appelé le Conseil supérieur de la magistrature intérimaire à mettre fin à la nomination du juge Farouk Bouaskar à la commission, dès l’expiration du mandat de cinq ans, dans le respect de la loi et afin d’assurer la « qualité de la justice ».

Je me suis demandé : « Comment un juge peut-il passer neuf ans sans exercer la profession judiciaire pour revenir décider du sort des justiciables et de leurs droits ? Même dans le but d’atteindre l’équité entre les juges eux-mêmes.


#Watching #appelle #Conseil #supérieur #magistrature #mettre #fin #lannexion #Farouk #Bouaskar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.