Mouvements de protestation : La Ligue des droits de l’homme exige la libération de tous les détenus

  • par
التحركات الإحتجاجية: رابطة حقوق الإنسان تُطالب بالإفراج عن جميع الموقوفين
Spread the love

La Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme a condamné ce qu’elle considère comme « des violences injustifiées des forces de sécurité lors des manifestations populaires pacifiques », selon le texte d’un communiqué publié aujourd’hui, jeudi 20 octobre 2022.

L’association a mené, par son refus de « saisir devant la justice, des accusations non étayées par des preuves et des preuves, comme atteinte à la propriété d’autrui sans preuve et voies de fait contre des agents sans certificats médicaux », ainsi que son refus de « saisir sous l’arrêté suprême de 1954, le temps de la protection, pour réprimer les mouvements populaires du colonisateur. .

Il a appelé Salt et le ministre de l’Intérieur à « cesser l’usage de la violence systématique par les forces de sécurité envers le mouvement social pacifique et à tenir les agresseurs responsables, afin d’établir l’impunité et de les tenir responsables des complications et des développements qui pourraient en résulter . »

Il a également exigé la libération de tous les détenus.

Dans un autre volet de son communiqué, la Ligue tunisienne de défense des droits de l’homme a fait part de sa « grande préoccupation » face à la fréquence des mouvements sociaux dans de nombreuses régions et régions du Grand Tunis, comme le quartier Tadamon, Al-Intilaqah, Al-Zahrouni , le quatrième quartier de Zohour, Mornag, Zarzis et Bizerte, accompagné d’attaques sécuritaires contre des manifestants et d’arrestations de dizaines de citoyens. L’association a appris qu’ils ont été victimes de violences et d’atteintes à leur intégrité physique, et que nombre d’entre eux ont été déférés à la justice.

Après avoir rappelé sa position de soutien aux mouvements sociaux pacifiques, la Ligue a affirmé sa condamnation « des violences accompagnant les arrestations, rafles et enlèvements de militants, à l’image de ce qui s’est passé le 19 octobre 2022, à un membre de la branche Bardo de l’Association , Saif Al-Ayadi, par quatre personnes en civil et l’emmenant dans la zone de la Garde nationale par solidarité », selon le texte. Déclaration.


#Mouvements #protestation #Ligue #des #droits #lhomme #exige #libération #tous #les #détenus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *