L’Observatoire Shahid appelle à l’application des sanctions prévues par la loi électorale

  • par
L'Observatoire Shahid appelle à l'application des sanctions prévues par la loi électorale
Spread the love

L’Observatoire Shahid pour la surveillance des élections et l’accompagnement des transitions démocratiques a appelé, lundi, dans une déclaration à la Haute Autorité indépendante pour les élections, à « la nécessité d’appliquer les sanctions prévues par la loi électorale, dans toutes les matières liées aux irrégularités, en ce qui concerne aux fichiers de recommandation. »

L’observatoire a indiqué que ses observateurs, qui ont commencé aujourd’hui à noter la soumission des candidatures pour les prochaines élections législatives (décembre 2022), ont enregistré que 56% des demandes de candidature ont été initialement acceptées, sans remplir les documents de candidature et que la plupart d’entre eux sont des cas d’absence de recommandations, en plus d’autres cas liés à l’ensemble des documents requis. Dont, notamment, la non mémorisation de l’original de la carte numéro 3.

L’observatoire avait publié 27 observateurs, selon le nombre d’organes subsidiaires électoraux, pour constater le processus de dépôt des candidatures à son premier jour, correspondant au lundi 17 octobre 2022.

Il a également indiqué que la Haute Autorité Indépendante pour les Elections « a cherché à mettre en place et à organiser des centres d’accueil des candidatures pour recevoir les demandes de candidatures, mais certains organes subsidiaires n’ont pas suffisamment facilité le travail des observateurs, ceux-ci étant isolés dans des endroits reculés dans les salles de sport.  »

L’observatoire « Shahid » a également indiqué qu’environ 40% des centres de nomination « ne contiennent pas de couloirs spéciaux pour les personnes handicapées et il n’y a pas d’endroits adaptés pour elles », appelant à cet égard l’organe électoral à « travailler pour faciliter l’accès des personnes handicapées aux centres d’acceptation des candidatures.

Il a également souligné qu’environ 13% des cas de procédures de vérification dans les dossiers de candidature, nécessitaient plus d’une heure pour être accomplis, en raison du manque de coordination et de la répartition des tâches entre les différents agents, avec un manque manifeste de formation en les conditions et modalités de candidature, estimant que cela « entraînait dans tous ces cas des inégalités entre les candidats ».

Quant au nombre de femmes qui ont déposé des candidatures, l’observatoire a noté dans son communiqué que « leur nombre n’a pas dépassé 15% du total qui a déposé des candidatures le premier jour de la période de nomination, ce qui signifie qu’il y a un manque évident ». du nombre de femmes candidates.

D’autre part, l’Observatoire « Shahid » a appelé la commission électorale à « prévoir un lieu approprié pour les observateurs et leur fournir les informations nécessaires requises par le processus d’observation de manière transparente et impartiale ».

Il est à noter que la période d’acceptation des candidatures pour les élections législatives a commencé hier, lundi, et se poursuit jusqu’au 24 octobre, soit sur une semaine, selon ce que la Commission électorale a fixé dans le calendrier relatif aux élections du 17 décembre 2022.


#LObservatoire #Shahid #appelle #lapplication #des #sanctions #prévues #par #loi #électorale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *