Amin Mahfouz: « La loi électorale actuelle ne sera pas appliquée… et il n’y a pas de projet prêt pour les résultats du dialogue national »

  • par
أمين محفوظ: ' لن يتمّ العمل بالقانون الانتخابي الحالي.. ولا يوجد مشروع جاهز لمخرجات الحوار الوطني

Le professeur de droit constitutionnel, Amin Mahfouz, a déclaré qu' »il n’y a pas de projet tout fait concernant les résultats du dialogue national, et que les parties qui y participeront contribueront à formuler et préparer son contenu avec le président de la république ». « 

« L’avis de toutes les parties qui participeront à ce dialogue, y compris les organisations nationales, les personnalités nationales et les partis, sera entendu pour la préparation du contenu dans un cadre démocratique, et que le peuple décidera plus tard du sort de ce qui a été préparé en votant oui ou non », a-t-il déclaré aujourd’hui dans une déclaration à la TAP.

Mahfouz a rappelé que le président de la République avait annoncé la formation d’une commission composée de deux sous-commissions dont la première est liée au dialogue national, au sein de laquelle les organisations nationales, partis et personnalités qui y participeront travailleront à formuler leurs idées sur les caractéristiques de la nouvelle constitution.

Quant au deuxième sous-comité, il sera légal de formuler et de cristalliser ce qui a été atteint à la lumière des exigences et des principes stipulés, indiquant que toutes les parties à celui-ci seront obligées et tenues de soumettre un projet d’État démocratique qui c’est l’Etat de droit et les institutions.

Il a déclaré : « Le processus de préparation sera entrepris par le président de la République, avec l’aide du comité dont les membres seront formés, mais l’approbation du texte se fera par le peuple souverain le 25 juillet, et que le vote se fera pas sur la personne du président Qais Saeed, mais sur le projet qui sera formulé et son contenu. »

Concernant les délais liés à l’invitation des électeurs et à la publication du texte du référendum au Journal officiel (25 mai), Mahfouz a déclaré que la loi électorale actuelle ne sera pas appliquée et qu’un nouveau texte juridique doit être préparé réglementant le référendum du 25 juillet 2022 en modalités des délais d’invitation des électeurs et de la campagne électorale pour assurer l’égalité et la transparence, tout en l’incluant Réponses au résultat du référendum sous forme d’acceptation ou de rejet du texte.

Le 1er mai 2022, le président de la République, Kais Saied, a annoncé la formation d’un comité chargé du dialogue national, excluant les partis politiques, qu’il considère comme « responsables de la crise politique et économique qui secoue le pays ».

De son côté, le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail, Noureddine Taboubi, a déclaré le 7 mai que le syndicat s’engagera dans le dialogue national et sera force de proposition si un cadre approprié est disponible pour y participer, considérant que le le cadre actuel n’est « pas approprié ».


#Amin #Mahfouz #loi #électorale #actuelle #sera #pas #appliquée #pas #projet #prêt #pour #les #résultats #dialogue #national

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.