Expert : ‘Une vraie crise du système des déchets, et il faut instaurer une culture de la maîtrise des déchets pour les traiter’

  • par
خبير: 'أزمة حقيقية في منظومة النفايات ولابد من إرساء ثقافة التحكم في النفايات لمعالجتها'
Spread the love

L’expert en gestion des déchets, Wahid Al-Janhani, a admis aujourd’hui, mardi 27 septembre 2022, que le système des déchets en Tunisie traverse une véritable crise, qui nécessite la mise en place d’une culture de contrôle des déchets pour répondre à ce dilemme.

Al-Janhani a expliqué, dans une intervention lors du symposium technique sur le contrôle des déchets, dans la capitale, que les déchets en Tunisie sont divisés en deux parties importantes, dont 64% sont des déchets organiques et 36% sont des déchets recyclables et valorisés, en contrairement à l’absence du maillon le plus important, qui est le centre de collecte des déchets recyclables de Jebel. municipalités.

A cet égard, l’expert a insisté sur la nécessité d’entamer un travail d’instauration d’une culture de la maîtrise des déchets dès l’école en sensibilisant les jeunes à la répartition des déchets selon leurs types, dans un premier temps, et de cibler les communes en commençant à trier les déchets de la source, avant de le transférer vers un centre de collecte des déchets recyclables. Recycler, pour s’assurer qu’il soit vendu intégralement aux fournisseurs sans aucun problème, dans un deuxième temps.

Al-Janhani a appelé les ministères de l’environnement, de l’intérieur et de la société civile à s’impliquer dans ce processus et à soutenir les efforts des municipalités pour faire du projet de tri des déchets un succès et mettre en place une unité de collecte des déchets recyclables et précieux, qui, selon son évaluation, permettra d’éliminer le problème des déchets en Tunisie d’ici trois ans. Appréciation maximale créant ainsi de nouveaux emplois et contribuant au cycle économique.

Pour sa part, le coordinateur du projet pour le programme des Nations unies pour les établissements humains, Magdi Farihi, a confirmé que la filière de collecte des déchets en Tunisie comporte des faiblesses telles que le transport des déchets, ce qui contribue à créer des points de pollution environnementale dans plusieurs zones, soulignant que s’il existe des filières de tri devant les habitations, il contribuera à optimiser le parcours de montage.

Parmi les autres problèmes soulevés lors du processus de collecte des déchets, selon Farihi, figure le dilemme des estuaires aléatoires soulevé aujourd’hui, notamment l’estuaire de Qana Aqarib et l’émission d’odeurs désagréables et de pollution environnementale suffocante, considérant que la solution est simple et réside dans valoriser les déchets et les recycler et extraire d’autres matériaux qui peuvent être Pour devenir un point de force et une source d’énergie, au lieu de chercher des endroits pour remplir les déchets, ce qui est devenu un dilemme pour les citoyens, les municipalités et l’État.

A cet égard, il a indiqué que le Programme des Nations Unies pour les Etablissements Humains a tenu à développer un mécanisme dans le domaine de la gestion des déchets dans le cadre du Réseau Africain des Villes Propres, qui consiste à diagnostiquer la qualité des déchets domestiques et non domestiques dans le domaine municipal et à travers lequel la compréhension des quantités qui peuvent être recyclées en améliorant les méthodes de recyclage, de collecte et de tri à domicile, ainsi que la sensibilisation des différentes parties des résidents et des collecteurs de « Al-Barbasha » de déchets .

source (watt)

Farihi a ajouté que la mise en œuvre de ce projet a eu lieu avec la municipalité de Sousse et que de bons résultats ont été obtenus, notant que la municipalité de Sousse produit environ 17 000 tonnes de plastique par an, dont 3 000 tonnes sont dirigées directement vers la mer, et environ 30 %, soit environ 7 000 tonnes. Il est collecté par « Al-Barbashah » et le reste est transféré dans les estuaires sans aucune évaluation.

Le coordonnateur du projet du Programme des Nations Unies pour les établissements humains a confirmé, à cet égard, qu’un travail est en cours avec la municipalité de Sousse et les donateurs pour recycler 17 000 tonnes afin d’obtenir des matériaux précieux afin de protéger l’environnement et contribuer au développement économique local, en plus d’œuvrer à la généralisation de cette expérience à 350 communes qui permettra de recycler 50% des déchets collectés, soulignant l’importance de la rentabilité environnementale et économique de ce procédé.


#Expert #Une #vraie #crise #système #des #déchets #faut #instaurer #une #culture #maîtrise #des #déchets #pour #les #traiter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *