Exportations agricoles : une étude recommande à la Tunisie de renégocier avec l’Union européenne

  • par
الصادرات الفلاحية: دراسة توصي تونس بإعادة التفاوض مع الاتحاد الأوروبي
Spread the love

Une étude récemment publiée par l’organisation allemande « Bartelsmann Stiftung » appelle l’Union européenne et la Tunisie à renégocier les quotas différentiels d’exportation liés aux matières agricoles et aux produits de l’industrie alimentaire, afin que la Tunisie puisse surmonter les répercussions de la guerre russe en Ukraine sur l’économie du pays. .

L’étude, qui s’intitulait « Comment améliorer la sécurité alimentaire en Tunisie : renforcer les liens mutuels de commerce et d’investissement avec l’Union européenne », a souligné que l’Europe profite davantage lorsque les pays voisins du sud de la Méditerranée, comme la Tunisie, sont capables de résister Selon l’étude, l’Union européenne et la Tunisie utilisent largement leurs liens économiques étroits pour accroître la résilience économique et sociale dans une Tunisie économiquement volatile et politiquement instable.

L’étude, qui a contribué à la préparation de l’expert en économie et politiques agricoles, Houssam Eddine Chebbi, et de l’expert économique Marcus Overdick, « La Tunisie, à court terme, a besoin d’une aide supplémentaire de l’Union européenne et d’autres acteurs internationaux, pour développer les investissements dans le secteur agricole et surmonter les difficultés qu’il connaît. en raison des répercussions de la guerre russe en Ukraine.

Les auteurs de l’étude ont souligné le potentiel du secteur agricole tunisien à accroître la diversité des produits et le volume des marchandises qu’il exporte vers le marché européen, et ainsi créer davantage d’opportunités d’emplois en Tunisie.

La Tunisie n’a pas pleinement bénéficié des quotas différentiels d’exportation vers l’Union européenne

Les données contenues dans le document montrent que la Tunisie n’a pas pleinement bénéficié des quotas différentiels d’exportation, qui incluent 13 produits agricoles.

Parmi les produits agricoles et alimentaires avec le potentiel d’exportation le plus élevé, ainsi que la plus grande différence entre le potentiel d’exportation et les résultats d’exportation réels, figurent l’huile d’olive (potentiel d’exportation : 534 millions de dollars, exportations réelles : 407 millions de dollars), les dattes fraîches ou sèches (export potentiel : 407 millions de dollars), dattes : 249 millions de dollars US, exportations réelles : 129 millions de dollars US) et tomates fraîches (potentiel d’exportation : 44 millions de dollars US, exportations réelles : 41 millions de dollars US).

Les deux experts ont estimé qu’« il est important que la Tunisie procède à une analyse précise, basée sur des informations statistiques précises et à jour, de la production dans le secteur agricole afin qu’elle puisse jeter les bases des décisions stratégiques concernant les futurs produits qui il veut promouvoir et soutenir.

En outre, selon les experts, l’un des principaux objectifs politiques devrait être de négocier un accord sur des quantités accrues dans un système de quotas avec l’Union européenne pour ces produits.

Une augmentation des quotas différentiels pour l’huile d’olive pourrait avoir un impact positif sur l’économie tunisienne en particulier et aider à stabiliser le pays.

Par ailleurs, la Tunisie devrait étudier de près les cas des produits non encore utilisés dans le cadre des quotas d’exportation totalement différenciés tels que les vins et les oranges.

(watt)


#Exportations #agricoles #une #étude #recommande #Tunisie #renégocier #avec #lUnion #européenne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.