Tariq Sharif : « Le problème de la Tunisie après 2011, c’est la mauvaise gouvernance.

  • par
طارق الشريف: ''مشكلة تونس بعد 2011 سوء الحوكمة''
Spread the love

Le chef de la Confédération des institutions citoyennes tunisiennes « Connacht », Tariq Sharif, a reconnu aujourd’hui, jeudi, que « le problème de la Tunisie après 2011 réside dans la mauvaise gouvernance ».

l’invité a expliqué Shams FAM Lors de son entretien à Hessa El Matintal, « la Tunisie, en tant que pays comme une famille et des entreprises, a des dépenses et des revenus, mais elle ne peut pas les contrôler, surtout après la révolution ».

Al-Sharif a souligné que « la fonction publique et le secteur public ont été inondés de missions après la révolution, qui ont grevé l’État de salaires », notant que la masse des salaires est passée de 6 millions de dinars à 23 millions de dinars, ce qui est loin de la gouvernance, comme il l’a dit.

En conséquence, il a déclaré que l’argent qui a été alloué aux salaires après que les institutions publiques ont été déchargées de mandats, il était plus approprié de les allouer au développement.

Dans le même contexte, Al-Sharif a appelé à la libéralisation de l’approvisionnement, s’enquérant du bénéfice des bureaux d’État qui supervisent l’approvisionnement en denrées alimentaires telles que le café, le sucre et autres.

En conséquence, il a déclaré qu’il est préférable que l’État se concentre sur des questions plus importantes qui profitent au citoyen, mentionnant de concentrer ses efforts sur le secteur de l’éducation et d’autres.

Al-Sharif a reconnu qu’ils bénissent à Konnacht la poursuite du cerf « Tunisian Airlines » sous la supervision de l’État, mais avec l’ouverture de l’espace aérien tunisien au reste des avions, comme il l’a dit.


#Tariq #Sharif #problème #Tunisie #après #cest #mauvaise #gouvernance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.