Le Parti constitutionnel libre entame un sit-in devant le siège des Nations unies en Tunisie

  • par
Le Parti constitutionnel libre entame un sit-in devant le siège des Nations unies en Tunisie
Spread the love

Depuis mardi soir, le Parti constitutionnel libre a lancé un sit-in devant le siège des Nations unies dans la capitale, pour demander à la communauté internationale « d’obliger les autorités tunisiennes à respecter le droit du peuple tunisien à l’autodétermination et à de choisir qui les gouverne et qui les représente lors d’élections libres et transparentes », selon les propos du chef du parti. Abeer Moussa au début de ce sit-in.

Dans un clip vidéo, qui a été publié sur sa page officielle sur le site de réseautage social « Facebook », Moussa a ajouté que ce sit-in se poursuivra jusqu’au 17 septembre, date supposée de promulgation de la loi électorale et d’appel aux électeurs pour les élections législatives, et dans l’attente des décisions qui seront rendues par l’autorité en rapport avec cette loi et la date des élections pour choisir un parlement. Nouveau ».

La cheffe du parti a exprimé son rejet de ce qu’elle a qualifié de « violations commises contre le peuple tunisien à travers la tentative du président de la République d’imposer une loi électorale en violation flagrante des normes internationales en matière d’élections, devant le silence assourdissant du Nations Unies et le Conseil des droits de l’homme », et Moussa a déclaré à cet égard que parmi les objectifs du sit-in « Exiger l’application des normes internationales pour les élections, et la non-reconnaissance d’une loi électorale qui produit un parlement selon son statut de manière unilatérale », en plus d’attirer l’attention du Conseil des droits de l’homme, réuni à Genève, sur « la nécessité d’intervenir pour contraindre la Tunisie, en tant que membre des Nations unies depuis 1956, à respecter ses engagements devant la autorité illégitime viole délibérément les conventions internationales et la Déclaration universelle des droits de l’homme. »

La cheffe du Parti constitutionnel libre a déclaré qu’« aujourd’hui, mercredi, elle tiendra des négociations avec le responsable du bureau des Nations unies en Tunisie pour exiger le respect des droits du peuple tunisien et le maintien de l’État de droit, comme dans le cadre des efforts visant à internationaliser le dossier de ces violations, et après avoir soumis de nombreuses plaintes et pétitions aux organisations internationales et onusiennes concernées par les affaires électorales. . Moussa a tenu le président de la République « responsable de ce que la situation en Tunisie conduira en cas d’élections en violation des normes internationales, devant le silence et l’inaction de la communauté internationale face aux violations des droits du peuple tunisien ». à l’autodétermination », comme elle le dit.


#Parti #constitutionnel #libre #entame #sitin #devant #siège #des #Nations #unies #Tunisie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.