Le Parti des travailleurs et la Volonté populaire condamnent la publication du décret relatif à la Commission nationale consultative

Le Parti des travailleurs et la Volonté populaire condamnent la publication du décret relatif à la Commission nationale consultative

Spread the love

Le Parti travailliste a estimé, aujourd’hui, samedi, que la création de la « Commission nationale consultative pour une nouvelle République », dont le décret a été publié hier, vendredi, est une « étape cruciale pour atteindre les objectifs de ce qu’il a appelé le coup d’État et appelé à son échec, tandis que le Parti Volonté du Peuple a noté que cette démarche « exprime la persistance du chef de l’Etat, qu’il a qualifié de chef du putsch, dans l’agression contre la Constitution de la République tunisienne, ses institutions, la dignité de son peuple, ses droits et ses intérêts.

Dans sa déclaration, le Parti des travailleurs a souligné que le projet du président Kais Saied « n’est ni une troisième république ni une nouvelle république », mais plutôt « un projet d’autocratie autoritaire qui a exacerbé et exacerbera les problèmes de la patrie et du peuple qui exposés aujourd’hui aux plus grands dangers pour leur liberté, leurs moyens de subsistance, leur dignité et leur sécurité. »

Le parti a noté qu’il s’agit d’un projet sans avenir et a appelé les forces vives en Tunisie, en particulier les forces ouvrières et laborieuses des villes et des campagnes, à « ne pas se laisser entraîner dans le coup d’État et à s’engager activement pour contrecarrer le référendum ». qu’elle organisera en juillet 2022, en plus d’affronter la politique de famine qu’elle poursuit. »

Dans le même contexte, le Parti des travailleurs a ajouté que le référendum du 25 juillet 2022 représente, pour le président Kais Saied, « un point charnière, car il l’adoptera pour légiférer son coup d’État contre la voie révolutionnaire et ses acquis et asseoir son régime autoritaire ». régime populiste sous prétexte qu’il représente la volonté du peuple », selon le texte de la déclaration.

D’autre part, le Parti travailliste a appelé toutes les associations et organisations qui rejettent la tyrannie à ne pas participer à ce qu’il a qualifié de « farce » afin de préserver leur réputation, leur dignité et leur histoire. Fidèles à leurs principes et valeurs scientifiques et professionnelles qui leur dictent de ne pas s’impliquer dans des projets autoritaires « réactionnaires » et appauvrissent le texte de la déclaration.
Quant au Parti Volonté du peuple, il a condamné dans les termes les plus fermes la formation du chef de l’Etat de la « Commission nationale consultative pour une nouvelle République » et sa mission de préparer une nouvelle constitution pour le pays dans les 30 jours.

Dans un communiqué, le parti a qualifié le président Kais Saied de « putschiste » et que cette démarche reflète sa persistance dans son agression contre la Constitution de la République tunisienne, ses institutions, la dignité de son peuple, ses droits et ses intérêts.

Le parti a averti tous ceux qui ont participé au président Saïd en « complétant son crime ou en aidant à son exécution de quelque manière que ce soit, qu’il sera soumis à une stricte responsabilité juridique immédiatement après la chute du coup d’État », selon le texte de la déclaration.

Le parti a souligné que « le régime autoritaire individuel basé sur la rupture des pactes et la trahison dans les pactes ne vient pas du tout de lui, et qu’il est nécessaire que tous les groupes du peuple adhèrent au système démocratique et au principe de réforme et de changement par élection , pas par un coup d’État. »

Hier, vendredi, un décret présidentiel a été publié concernant la création de la Commission nationale consultative pour une nouvelle République. Le décret prévoyait également la création de 3 commissions au sein de cet organe, à savoir la Commission consultative des affaires économiques et sociales, la Commission consultative juridique et la Commission de dialogue national. Une ordonnance a également été publiée dans le même numéro du Journal officiel (n ° 56) selon laquelle Sadiq Belaid (université à la retraite) a été nommé chef de la coordination de la « Commission nationale consultative pour une nouvelle République ».


#Parti #des #travailleurs #Volonté #populaire #condamnent #publication #décret #relatif #Commission #nationale #consultative

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE