حزب العمال: ''الهيئة الاستشارية'' شكلية.. دورها تمرير ما يُريد سعيّد

Le Parti travailliste : « L’organe consultatif » est une formalité. Son rôle est de faire passer ce que veut Saïd

Spread the love

Le Parti travailliste :

Le Parti des Travailleurs a considéré que l’annonce du Président de la République, Qais Saied, sur la Commission Nationale Consultative pour une Nouvelle République, « une nouvelle étape qui n’est rien d’autre que la continuation des étapes précédentes prises par Saied, selon lesquelles il s’est jeté sur tous les aspects du gouvernement et les a soumis à son autorité », comme il l’a dit.

Le parti a déclaré dans un communiqué aujourd’hui, samedi 21 mai 2022, que « cette nouvelle étape est particulièrement dangereuse, car Qais Saïd est en train de la traverser, en ayant créé toutes les conditions pour cela, jusqu’au stade de jeter les bases de son régime autoritaire régime populiste à travers un « organe consultatif national » formel dont le rôle ne dépassera pas le vote de Ce qu’il veut, c’est faire passer une constitution, un système politique et électoral, et des choix économiques, sociaux et culturels, car il a le dernier mot sur tout ce qui cette instance lui soumettra et la présentera sous la forme qu’il voudra à un référendum dont les résultats seront connus à l’avance », selon son évaluation.

Et il a estimé que « le prochain référendum du 25 juillet représente un point charnière pour Qais Saied, car il l’adoptera pour légiférer son coup d’État contre la voie révolutionnaire tunisienne et ses acquis qui ont été obtenus grâce aux sacrifices de générations de combattantes et combattantes et le sang de centaines de femmes martyres et martyres, et l’instauration de son régime populiste autoritaire prétendant qu’il représente la « volonté du peuple. » Ce qui le poussera à commettre toutes les transgressions afin de faire passer ce référendum, selon lui.

Il a souligné que « c’est ce qu’il est demandé à toutes les forces révolutionnaires et démocratiques de contrecarrer, à partir du moment présent, en expliquant ses objectifs dangereux au grand public et en préparant un boycott écrasant qui ne laisse pas de place à un coup d’État pour tromper l’opinion publique et ouvrir la voie à notre pays pour aller vers une alternative nationale, démocratique et populaire qui ne redeviendra pas ce qu’elle est. » Avant le 25 juillet 2021, ou avant le 14 janvier 2011, il crée les conditions nécessaires à l’accession au travail, à la liberté et à la dignité des femmes et des hommes tunisiens.

Il a estimé que « le projet de Qais Saïd n’est ni une troisième république ni une nouvelle république, mais plutôt un projet d’autocratie autoritaire qui a exacerbé et exacerbera les problèmes de la patrie et du peuple qui sont aujourd’hui exposés aux plus grands dangers dans leur liberté, moyens de subsistance, de dignité et de sécurité », comme il l’a dit.

Le parti a déclaré dans son communiqué : « Par conséquent, c’est un projet qui n’a pas d’avenir. C’est plutôt un projet tombé dans tous les cas pour le remplacer. Tôt ou tard, un projet qui répond aux revendications et aux aspirations du peuple ».

Le Parti des travailleurs s’est adressé à toutes les associations et organisations qui rejettent la tyrannie pour ne pas participer à la farce actuelle afin de préserver leur réputation, leur dignité et leur histoire. Elle a également adressé le même appel aux doyens des facultés de droit et de sciences politiques, et aux étudiants universitaires et universitaires en général, ainsi qu’aux intellectuels, aux intellectuels, aux créatifs, aux professionnels des médias, et aux honorables et honorables professionnels des médias « afin que ils ne ternissent pas leur réputation de honte. » Et « rester fidèles à leurs principes et valeurs scientifiques et professionnels qui dictent de ne pas s’impliquer dans des projets réactionnaires tyranniques ». L’Histoire maudira quiconque y participera sous quelque prétexte que ce soit, quel que soit son nom et quel que soit son diplôme scientifique ou sa position, selon son expression, « comme elle a maudit tous ceux qui se sont transformés ». Aux outils au service du colonialisme, puis au service de la dictature avant la révolution, et enfin au service du système pourri qui a régné pendant la décennie qui a suivi la révolution, mené par le mouvement de la Renaissance, « selon le texte de la déclaration.

Le Parti travailliste a rappelé qu’il avait condamné le « coup d’Etat dès le premier instant et mis en garde contre ses conséquences, soulignant que Kais Saied n’avait fait qu’exploiter une situation tendue et pourrie dont le régime précédent, dirigé par le Mouvement Ennahda, porte la responsabilité, pour établir un régime populiste et autoritaire qui approfondirait la crise et détruirait davantage ce qui restait des capacités restantes ». les moyens de subsistance des classes et des groupes laborieux et appauvris, exacerbant la dépendance, piétinant la souveraineté du pays et l’hypothéquant à l’étranger, et approfondissant la normalisation avec l’entité sioniste sous la pression de la nécessité d’emprunter, de financer et d’aider l’étranger », a-t-il déclaré.


#Parti #travailliste #Lorgane #consultatif #est #une #formalité #Son #rôle #est #faire #passer #veut #Saïd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE