Al-Tahri : Le dialogue proposé par Saïd est rejeté

Al-Tahri : Le dialogue proposé par Saïd est rejeté

Spread the love

Le secrétaire général adjoint de l’Union générale tunisienne du travail et son porte-parole officiel, Sami Tahiri, ont déclaré que le syndicat ne soutient pas les gens, mais sa position découle toujours de son appréciation de la réalité, des circonstances et de la situation internationale, régionale et nationale, et à la lumière de tout cela, il interagit avec ce qui se passe dans l’arène nationale des problèmes.

Al-Tahri a ajouté, dans des déclarations diffusées par le site Internet « Al-Shaab News », le porte-parole de l’organisation syndicale, que lorsque le président de la République a annoncé les procédures le 25 juillet, la première position émise par les organisations, partis et associations en La Tunisie était celle de l’Union générale tunisienne du travail, qui la considérait comme une chance historique et une étape nécessaire. De travailler pour le développer en une piste.

Le sous-secrétaire général a indiqué que le dialogue, tel que demandé par le président de la République, Qais Saeed, est rejeté.

Il a souligné qu’entre-temps, ce chemin a été marqué par la lenteur, l’hésitation et la réticence à mettre en œuvre le maximum de mesures qui devraient être prises dans cette circonstance, ce qui a obligé l’Union à présenter une position critique.

Le porte-parole a estimé qu’il ne s’agissait pas d’un soutien au sens absolu, c’est-à-dire qu’il ne s’agissait pas tant d’un chèque en blanc que d’un soutien conditionnel assorti de garanties demandées par l’Union, notamment ne violant pas les libertés et les droits, mettant fin à la phase exceptionnelle dès que possible et en revenant à la voie constitutionnelle démocratique constitutionnelle normale, sans revenir, bien sûr, à avant le 24 juillet, étant donné que l’Union a été la première à demander la dissolution du Parlement.

Sami Al-Tahri a évoqué le dialogue national et les réticences du président sur cette question, expliquant que le dialogue est un enjeu vital sans lequel il est impossible de sortir de la crise.

Il a souligné que ni le président de la République ni aucun chef d’État, quelle que soit sa compétence, ne peut résoudre par décret une crise qui s’est accumulée depuis 70 ans, soulignant qu’il doit écouter les autres et prêter attention aux positions des organisations, des associations et des partis nationaux qui n’étaient pas impliqués au cours de la dernière décennie.

Sami Al-Tahri a déclaré que le dialogue devrait être un facteur d’unification pour le plus de forces possible afin que le 25 juillet se transforme en piste.

Concernant le dialogue auquel le président de la République, Kais Saied, appelle, Al-Tahri a affirmé qu’il s’agit d’un dialogue préalable avec des résultats immédiats dans lequel l’Union ne peut pas s’engager.

Sami al-Tahri a également abordé plusieurs autres sujets, notamment les dommages causés par l’Union au Mouvement Ennahda pour ses attaques contre l’organisation, comme l’incendie de son siège et l’attaque contre son siège central le 4 décembre 2012, qui laissé des personnes blessées et affectées souffrant à ce jour de handicaps physiques, en plus de ternir la réputation à travers les agences. Formé par le mouvement Ennahda et son entourage pour déformer les militants et diaboliser le syndicat, ce qui fait que ce dernier demande des comptes sans recours et sans le considérer comme une revanche, mais avec la justice suivant son cours et jouant son rôle en ouvrant des dossiers et en rendant des comptes, comme il l’a mis.


#AlTahri #dialogue #proposé #par #Saïd #est #rejeté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE