ميدي شو

La Tunisie a-t-elle besoin d’une nouvelle constitution ? Médias et experts répondent-ils ?

Spread the love

Le sociologue, Hassan Kassar, a estimé que la Tunisie est dans une crise qu’elle ne connaissait pas auparavant. « Ce qui se passe aujourd’hui est le résultat de 10 ans de dévastation causée par des groupes et des lobbies qui étaient actifs en Tunisie sous la forme de partis et d’individus. son expression.

Il a souligné que des groupes de différents partis appelaient à la dissolution du Parlement, à la réforme du processus de transition et à la reconsidération des conséquences du 14 janvier, ce qui a poussé le président de la République à franchir cette étape, ajoutant que Qais Saeed tire son légitimité des personnes qui ont voté pour lui directement.

Saeed ne vend pas d’illusion, mais a un projet complet

Al-Qassar a souligné que Saïd ne vend pas d’illusions, mais a plutôt un projet complet et est en train de créer une nouvelle dynamique, soulignant qu’une troisième république est la solution, où un référendum sera organisé par le peuple, ce qui est le plus haut degré de démocratie.

Il a souligné que les parties ne participeront pas à la rédaction de la nouvelle constitution, mais plutôt un groupe d’universitaires, d’experts et de professeurs qui la rédigeront, et leur avis sera consulté sans qu’ils en tirent aucun bénéfice.

L’invité de Medi Show a déclaré que le Président de l’Etat a ouvert un dialogue avec des organisations nationales efficaces et effectives, « je ne pense pas qu’il y ait des partis plus forts que ces organisations, comme je pense que ça passera d’inviter des personnalités morales… Mais s’il invite les partis qui soutiennent le 25 juillet, il doit aussi inviter ceux qui s’opposent à lui, bien que je l’exclue. » cette hypothèse.

La position du syndicat déterminera l’avenir de la Tunisie

Sur le rôle de l’Union générale tunisienne du travail, le sociologue a révélé que la position de l’organisation du travail déterminera l’avenir de la Tunisie dans la période à venir, poursuivant : « Tout le monde sait qu’il y a des contraintes et il n’y a pas d’autre moyen que de faire face aux FMI et le degré de coût social qui sera convenu avec l’Union du travail et d’autres. Ce sont les organisations qui diffèrent, mais je ne pense pas que le président soit contre cette marche », a-t-il déclaré.

La Tunisie traverse une crise exceptionnelle

De son côté, le journaliste Salah Al-Din Al-Jourshi a estimé que la Tunisie traverse une crise exceptionnelle, s’interrogeant : « Où allons-nous face à cette situation brumeuse ? Le système politique, social et économique est chancelant, et la classe politique, à son tour, ne sait pas comment contribuer à diriger le pays. »

Il a estimé que le président de la République a causé une partie de cette crise, disant qu’il y a des questions profondes qui sont restées sans réponses claires, « et Qais Saeed a une imprimerie spéciale pour imprimer ses termes et quand il les présente aux citoyens, on ne peut pas comprendre eux et n’atteignent pas un dénominateur commun avec lui », selon son expression.

Al-Jorshi a ajouté: « Plus Said parlait et prenait une décision, plus l’ambiguïté grandissait jusqu’à ce que je ne sache plus comment le comprendre et expliquer ses discours. Il pense qu’une fois qu’une nouvelle constitution sera rédigée, elle changera le visage et l’avenir de la Tunisie, mais c’est faux, car après avoir changé la constitution et organisé le référendum, qui garantira que la situation s’améliorera et la situation est qu’il n’a aucune vision économique ou sociale.

Le programme du président est basé sur des hypothèses

L’invité du Medi Show a estimé que le programme du président de la République repose sur des hypothèses qui vont confirmer les faits, soit qu’ils soient erronés, soit non conformes à la réalité, et c’est ce qu’on appelle « l’illusion », comme il l’a dit. .

Il a souligné que la Tunisie est sur le point de se désintégrer à nouveau sans savoir comment elle va se reconstruire.

La légitimité électorale ne donne pas un chèque en blanc au président

Pour sa part, l’analyste juridique et représentant de l’Organisation Compass, Youssef Obaid, a expliqué que le pays traverse une crise exceptionnelle et multidimensionnelle, affirmant que nous vivons un chaos juridique et une lecture arbitraire de la loi.

Il a estimé que la légitimité électorale du président ne lui donne pas un chèque en blanc, et qu’il ne peut pas changer la constitution d’un trait de plume, selon lui.

Obaid a souligné que depuis le 25 juillet, il y a un grand écart entre les slogans levés et la réalité, considérant que le référendum n’est pas un but en soi.

Il a également reconnu que le président de la République est en train de démolir ce qui précède et que la nouvelle constitution ne sera pas la solution pour sortir le pays de sa crise.

La Tunisie n’a pas besoin d’une nouvelle constitution

Dans le même contexte, l’analyste juridique et représentant de l’organisation Bosla a déclaré qu’il y a une erreur dans le cortège, considérant que la croyance que changer la constitution résoudra les problèmes du pays est infondée.

L’invité de Medi Show a demandé : « Avons-nous besoin d’une nouvelle constitution ? Est-ce devenu une évaluation objective de la constitution ? ne peut pas être abandonné par une décision unilatérale… La Tunisie n’a pas besoin d’une nouvelle constitution. » Il s’agit plutôt d’appliquer ses chapitres avec une évaluation objective.


#Tunisie #atelle #besoin #dune #nouvelle #constitution #Médias #experts #répondentils

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE