Président de l’Association des parents d’élèves : « L’éducation est gratuite et ils sont… »

  • par
رئيس جمعية أولياء التلاميذ: 'مجانية التعليم وهم‎‎..'
Spread the love

Président de l'Association des parents d'élèves :

Reda Al-Zahrouni, président de l’Association tunisienne des parents d’élèves, a déclaré dans une déclaration à Mosaïque aujourd’hui, samedi 20 août 2022, que parler de gratuité de l’enseignement public à la lumière de la hausse du coût de la scolarité parallèlement à la détérioration de l’infrastructure des établissements d’enseignement est une illusion et nous ne la voyons pas dans la réalité.

Al-Zahrouni a poursuivi : « Les prix ne cessent d’augmenter, et il n’y a pas de pause pour réfléchir, étudier et prendre la bonne décision pour freiner la hausse des conditions de vie en Tunisie. Les décideurs s’intéressent à d’autres préoccupations ».

Il a estimé que le coût excessif de la préparation d’un étudiant aux études n’est pas le problème principal, mais que d’autres problèmes en sont nettoyés, notamment le coût des cours particuliers, qui était estimé il y a six ans à mille milliards, a fortiori à la lumière de l’inflation dans laquelle nous vivons aujourd’hui, selon lui.

Al-Zahrouni a également estimé que « l’égalité des chances pour les étudiants tunisiens dans les différents Etats de la république a été mise à mal, car l’éducation et la réussite pour ceux qui ont pu y parvenir sont devenues un moyen, et seules les familles aisées peuvent apporter le soutien nécessaire à leur enfant. »

Selon Al-Zahrouni, « les enfants tunisiens naissent avec les mêmes niveaux d’intelligence que les autres enfants du monde, mais l’enfant tunisien perd 50% de ce pourcentage à l’école publique en raison du manque de capacités nécessaires pour l’entourer et développer ses capacités mentales. »

Al-Zahrouni a appelé le ministère de l’Éducation à restaurer le concept correct d’éducation gratuite dans le cadre d’une voie de réforme gouvernementale soucieuse de l’aspect économique et social des familles tunisiennes, en plus de l’obligation de réformer l’éducation en abandonnant le plus possible le papier.

Dans le même communiqué, Al-Zahrouni a souligné que le pourcentage de la part subventionnée fournie par l’État dans le coût total du retour à l’école ne dépasse pas 30 ou 40%, ce qui ne garantit pas les perspectives de réussite et ne garantit pas l’avenir. de l’étudiant tunisien.

Il a conclu en disant : « Si le fardeau du coût du retour à l’école repose sur les épaules des parents, il n’est pas correct de parler d’éducation gratuite en Tunisie, mais c’est plutôt un fait qui s’est avéré faux.

* Siham Ammar


#Président #lAssociation #des #parents #délèves #Léducation #est #gratuite #ils #sont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.