Le ministère de l’Equipement s’apprête à tester l’utilisation des déchets de construction et de démolition recyclés dans le pavage des routes

  • par
وزارة التجهيز تعد لإختبار استخدام نفايات البناء والهدم المعاد تدوريها في تعبيد الطرقات
Spread the love

Le ministère de l’Equipement a annoncé qu’il allait bitumer une partie de la route nationale n°3 dans la Wilayat de Ben Arous à l’aide de déchets de construction et de démolition recyclés, selon une convention de coopération signée, mercredi, avec le Centre français d’études, d’expertise, d’environnement, de mobilité. et Développement.

Cette convention, qui instaure une expérience pilote dans l’utilisation des déchets de construction et de démolition, s’inscrit dans le cadre du projet d’application de l’innovation pour développer l’économie circulaire pour la construction durable en Méditerranée, connu sous le nom de « REMAD », doté d’un budget de 3,1 millions d’euros.

Au cours de la cérémonie de signature de l’accord, à laquelle ont pris part des responsables tunisiens et français, la ministre de l’Equipement Sarah Zaafarani a révélé que le projet pilote consiste à bitumer 1 km au niveau de la route nationale numéro 3 dans l’Etat de Ben Arous à partir du kilomètre point 9 à point 11.

Elle a indiqué que le projet consiste à paver le point de 9 à 10 kilomètres, en utilisant des matériaux traditionnels, tandis que le point de 11 à 10 kilomètres de la route sera pavé à l’aide de matériaux de démolition et de construction recyclés.

Les première et deuxième parties de la route feront l’objet d’un processus de comparaison, d’inspection et d’inspection à travers l’utilisation des nouvelles technologies pour l’évaluation et l’élaboration d’un guide de valorisation des déchets issus de la construction et de la démolition dans le domaine de la construction routière, selon Al-Zafarani.

Al-Zafarani a estimé que le choix de la route nationale n°3 à Ben Arous était basé sur plusieurs facteurs, notamment la présence de deux voies, l’absence de projets d’entretien, la proximité de la route avec des sites de production de matériaux naturels, ainsi que la disponibilité des déchets résultant de la construction et de la démolition.

Elle a noté, dans un contexte général, que la Tunisie souffre de la pollution résultant du déversement des déchets résultant de la construction et de la démolition sur les routes et les espaces publics, qui a affecté le paysage urbain et dans de nombreux cas a constitué une cause d’inondations au niveau des villes.

Le « REMAD » ou projet de réutilisation a été lancé au niveau méditerranéen en raison de la nécessité de réduire les impacts environnementaux et sanitaires résultant de l’échec de la gestion des déchets de construction et de démolition et vise à transférer et tester de nouvelles technologies permettant le transfert des déchets résultant des travaux de démolition.

Le projet comprend la construction d’unités de concassage et de criblage pour recycler les déchets de démolition et de construction afin de les utiliser dans le cadre d’une expérience pilote sur l’une des routes d’Ahwaz la capitale, en construisant une partie de la route d’une longueur de 1 km avec des matériaux recyclés et une seconde partie de même longueur en matériaux naturels.

Le projet vise également à innover, transférer et tester de nouvelles technologies de valorisation des déchets de construction et de démolition pour construire et entretenir des routes dans les régions méditerranéennes, sachant que l’Union européenne contribue au financement du projet à hauteur d’environ 90 %.

Participent à ce projet la Tunisie à travers le Ministère de l’Equipement et du Logement, le Ministère de l’Environnement, la France à travers le Centre Français d’Etudes, d’Expertise, de l’Environnement, de la Mobilité et du Développement, l’Italie à travers l’Université de Palerme, et le Liban à travers le Syndicat des Travaux Publics. Entrepreneurs et l’Université américaine.

Le Centre d’Expérimentations et des Technologies du Bâtiment, l’Institut Supérieur des Sciences et Technologies de l’Eau de Gabès, l’Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle, l’Ecole Nationale des Ingénieurs de Tunis et d’Ashghal Africa jouent un rôle de terrain dans la mise en œuvre de cette expérimentation en Tunisie.

Les déchets de construction accumulés ont augmenté depuis l’an 2000 à environ 8 millions de mètres cubes, soit 70 % dans les grandes villes comme Tunis, Sousse et Sfax.


#ministère #lEquipement #sapprête #tester #lutilisation #des #déchets #construction #démolition #recyclés #dans #pavage #des #routes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.