L’effondrement d’une partie fissurée des silos à blé du port de Beyrouth

  • par
انهيار جزء متصدّع من صوامع القمح بمرفأ بيروت
Spread the love

Une partie fissurée des silos de stockage Habibo est tombée dimanche dans le port de Beyrouth après des incendies répétés, quelques jours avant que le Liban ne marque le deuxième anniversaire de l’horrible explosion, selon des correspondants de l’AFP.

Immédiatement après l’effondrement de la section fissurée, une épaisse poussière recouvrait l’atmosphère du port de Beyrouth.

« Deux silos sont tombés jusqu’à présent, et il est possible que deux autres tombent », a déclaré à l’AFP le ministre des Travaux publics et des Transports, Ali Hamiya. Il a souligné que deux autres silos étaient « plus » complètement séparés du bâtiment.

Cela survient deux semaines après qu’un incendie s’est déclaré dans la partie nord d’Al-Ahras, qui, selon les autorités et les experts, résultait de la fermentation de stocks de céréales avec des températures et une humidité élevées.

Après l’effondrement des deux silos, les hélicoptères de l’armée ont continué à asperger d’eau les décharges, d’où s’élevait encore un peu de fumée.

Il y a quelques jours, les autorités libanaises ont prévenu que la partie nord de la faille provoquée par l’explosion risquait de s’effondrer. Les insultes sont devenues un symbole de l’explosion du port de Beyrouth, qui, le 4 août 2020, a tué plus de deux cents personnes et blessé plus de 6 500 autres.

Les décharges, qui mesurent 48 mètres de haut et avaient une capacité de 120 000 tonnes de céréales, ont absorbé l’essentiel de l’explosion dévastatrice, protégeant ainsi la partie ouest de la capitale d’une destruction similaire à celle qui s’était abattue sur sa partie est, selon les experts.

Selon le ministère de l’Environnement, les silos sud sont toujours debout, sans aucun mouvement menaçant leur sécurité.

Certains silos contiennent environ trois mille tonnes de blé et de céréales, qui n’ont pas pu être déchargées en raison du danger de travailler à proximité, craignant que cela n’accélère « le mouvement de la structure des silos qui était déjà fissurée et l’effondrement de grandes pièces ». d’entre eux », selon les autorités.

Les ministères de l’Environnement et de la Santé publique ont publié en début de semaine des directives préventives concernant l’émission de poussières constituées de déchets de construction et de certains champignons de céréales en décomposition en cas de chute des silos nord.

Les directives comprenaient la nécessité d’évacuer immédiatement le port et de placer des masques à haute efficacité, de fermer les portes et les fenêtres dans la zone entourant le port pendant 24 heures et de placer des masques à l’extérieur.

En avril, le gouvernement a pris la décision de démolir les dépotoirs par crainte pour la sécurité publique, mais a suspendu sa mise en œuvre après les objections des groupes civils et du comité des familles des victimes de l’explosion du port, qui ont exigé que les dépotoirs soient transférés dans un lieu historique. qui a été témoin de l’explosion.

« J’ai pleuré quand je l’ai découvert », a déclaré Cecile Rookes, qui a perdu son frère dans l’explosion et s’est précipitée sur le quai après l’effondrement des silos.

« Nous voulons qu’une partie de la litière témoigne du crime, en tant que mémoire collective de la ville, et à la mémoire de ceux qui sont morts sans raison », a-t-elle déclaré à l’AFP.

L’explosion a résulté, selon les autorités, du stockage de grandes quantités de nitrate d’ammonium à l’intérieur du port sans mesures préventives, suite au déclenchement d’un incendie dont les causes étaient inconnues. Il est apparu plus tard que les responsables à plusieurs niveaux étaient conscients des dangers du stockage du matériel et n’ont rien fait.

Les enquêtes judiciaires, suspendues depuis des mois, n’ont pas avancé, à la lumière des ingérences politiques et des poursuites contre l’enquêteur judiciaire, le juge Tariq Al-Bitar, qui ont été déposées successivement par un certain nombre d’accusés, dont des députés actuels et anciens ministres.

(AFP)


#Leffondrement #dune #partie #fissurée #des #silos #blé #port #Beyrouth

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.