Saidan : « La Tunisie est capable de sauver son économie et d’enregistrer des taux de croissance qui peuvent atteindre 7 % ».

  • par
سعيدان : ’’ تونس قادرة على انقاذ اقتصادها و تسجيل معدلات نمو يمكن أن تصل إلى 7 بالمائة ’’
Spread the love

L’économiste et expert financier, Ezzedine Saidan, a déclaré samedi que « la Tunisie a tous les ingrédients pour réussir économiquement et pour être une démocratie réussie si elle le veut vraiment ».

Saidan a déclaré dans une déclaration à (Watt), en marge de sa participation à la table ronde de travail sur l’énergie verte, l’économie verte et le développement durable, organisée par la Global Initiative for Hawkah and Sustainability, à Hammamet, que des études montrent que la Tunisie est capable gagner de nombreux points de croissance si elle commence à se réformer. Je suis sérieux au sujet des institutions publiques qu’elles pourront atteindre deux points de croissance par an et qu’elles pourront gagner deux points supplémentaires si elles résistent vraiment à la corruption et aux pots-de-vin.

Il a estimé que le pays est en mesure de sauver son économie et de passer d’un état de stagnation à des taux de croissance pouvant atteindre 6 voire 7% s’il met en place un véritable programme de sauvetage de l’économie et deux points de croissance supplémentaires si l’intégration maghrébine est réalisée. .

« Malheureusement, ce sont des opportunités gâchées et il ne faut pas les négliger, car la Tunisie a tous les ingrédients du succès », a-t-il ajouté.

Au passage, il a interpellé les décideurs en leur disant : « Dépêchez-vous de résoudre vos problèmes politiques pour que nous puissions nous occuper de sauver notre économie car elle fait face à de très grandes difficultés, et de nombreuses institutions internationales se demandent ce qu’attend la Tunisie ». d’engager les réformes nécessaires qu’elle obtienne un accord avec ou sans le Fonds monétaire international.
Il a poursuivi : « Nous avons perdu beaucoup de temps dans les aspects politico-politiques et négligé l’aspect économique. Notre économie est devenue incapable de jouer son rôle dans la création de richesse, la croissance et la création d’emplois.

Concernant les négociations avec le Fonds monétaire international, Saidan a rappelé que le FMI a commis une erreur dans le droit de la Tunisie lorsqu’il a stipulé qu’il y aurait un accord préalable entre le gouvernement et l’Union générale tunisienne du travail pour entamer des négociations car il traite avec les gouvernements et non avec la société civile, et parvenir à un accord entre le gouvernement et le syndicat est une affaire interne. .
Il a poursuivi en disant : « Il semble que le Fonds monétaire international ait récemment modifié sa position et profité de la ratification de la nouvelle constitution pour le faire pour présenter la possibilité de parvenir à un accord même s’il n’y avait pas eu l’approbation préalable du général tunisien. Syndicat de travail. »

Il a estimé que « modifier cette position est bon et dans l’intérêt de la Tunisie, surtout compte tenu du long retard des pourparlers, qui ont duré 14 mois, alors qu’ils ne devaient pas durer plus de 3 ou 4 semaines, notant que ces négociations n’ont pas encore parvenu à un accord. »

Dans le même contexte, il a indiqué que l’accord avec le Fonds monétaire international, et s’il est réalisé, ne sera pas suffisant car les besoins de la Tunisie dépassent largement ce que le Fonds peut fournir selon le système de quotas qu’il adopte. Si l’accord avec le Fonds monétaire international est conclu, mais même sans lui, la solution tuniso-tunisienne est possible.
Concernant l’économie verte et le développement durable, il a déclaré : « L’économie verte est une bénédiction et c’est une voie incontournable. Soit la Tunisie s’engagera dans cette voie, soit elle s’extirpera d’une voie globale, certaine que l’économie verte est une voie inéluctable. une nécessité vitale et non une question de luxe, et que les pays qui suivront cette approche réussiront et en bénéficieront. » Les pays qui ne seront pas prêts s’élimineront eux-mêmes.

Il a ajouté : « Le développement durable est un sujet central de discussion et de dialogue dans le monde, mais malheureusement, il est loin des préoccupations des responsables et des politiciens en Tunisie, même si l’ignorer constitue une grande menace pour l’économie tunisienne ».

Cette menace s’expliquait par le fait que les institutions économiques tunisiennes, notamment celles qui exportent leurs produits à l’étranger, sont tenues de faire face à leur environnement mondial conformément aux nouveaux contrôles mondiaux pour respecter les aspects environnementaux, devenus un préalable aux transactions économiques mondiales. . Même traiter avec des fournisseurs étrangers.


#Saidan #Tunisie #est #capable #sauver #son #économie #denregistrer #des #taux #croissance #qui #peuvent #atteindre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.