Des experts et professeurs universitaires du Canada et de Tunisie participent à une table ronde sur « l’énergie verte et l’économie verte »

  • par
خبراء وأساتذة جامعيين من كندا وتونس يُشاركون في مائدة مستديرة حول ’’الطاقة الخضراء والاقتصاد الاخضر’’
Spread the love

Sami Trabelsi, éminent chercheur à la Commission des experts comptables de l’Ontario au Canada, a estimé dans une déclaration à (TAT) que le forum « Énergie verte, économie verte et développement durable », qui s’est tenu samedi, à Hammamet, est l’occasion de lancer le dialogue et le débat sur le développement durable et l’économie verte et son importance pour la Tunisie. Lequel est « encore loin de ce débat mondial et ne l’a pas encore présenté comme une priorité économique et de développement malgré son importance pour les générations présentes et futures et malgré les opportunités qu’il présente pour faire progresser la croissance et l’emploi ».

Trabelsi, organisateur du forum, qui s’inscrit dans le cadre de l’Initiative mondiale pour la gouvernance et la durabilité et auquel participent des experts tunisiens et canadiens, a souligné que le monde évolue aujourd’hui dans le cadre d’un agenda mondial pour une économie verte, et La Tunisie ne doit pas être absente des investissements verts qui lui apportent de belles solutions à ses problèmes économiques et sociaux. Il a indiqué que soulever cette question au niveau académique et au niveau des corps d’experts comptables est une opportunité importante pour souligner la nécessité de convaincre les décideurs de l’importance de choisir le tournant du développement durable, de l’économie verte, de l’économie bleue et énergies vertes pour construire une voie de développement garantissant les droits des générations présentes et futures.

Il a souligné que la Tunisie devrait être « au cœur de l’agenda mondial de l’économie verte, notamment à la lumière des énormes opportunités de financement disponibles dans ce domaine, dont la Tunisie peut bénéficier pour gagner le pari de l’économie verte ».

Il a souligné que le débat entre l’État seul n’est pas en mesure de suivre cette approche et d’y parvenir, surtout qu’environ 320 millions de personnes entreront sur le marché du travail d’ici quelques années en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, ce qui confirme la nécessité de trouver de nouveaux mécanismes pour stimuler la tendance à l’économie. Vert et revoir le contrat social afin que l’État puisse jouer son rôle dans la promulgation de la législation, l’élaboration des lois et l’assouplissement des procédures, ce qui libère la main de l’initiative privée et encourage l’investissement dans ce domaine afin de réaliser le développement économique et social.
Il a souligné que le succès des réformes économiques en Tunisie est lié à la gouvernance participative, dans laquelle le rôle des universitaires et des experts est éminent compte tenu de leur capacité à concevoir des solutions tunisiennes, compatibles avec la réalité tunisienne et qui permettent au pays de s’inscrire sa présence effective dans l’agenda mondial du développement durable.

D’autre part, a-t-il relevé, « on en est encore en Tunisie au niveau des déclarations d’intentions, ce qui se rapproche plus du blanchiment vert, d’autant plus que ce qui est annoncé sur la prévention n’est pas assorti de véritables réalisations réelles, ce qui a rendu la Tunisie absente de l’échiquier mondial ». l’agenda de l’économie verte. »

Il a souligné que la Tunisie est en mesure de développer une stratégie nationale pour l’économie verte et de bénéficier d’importantes opportunités d’investissement afin de devenir une capitale mondiale de l’économie verte, à condition que les décideurs changent leur approche de ces avantages, non pas avec la logique de la bureaucratie coloniale française, mais avec le réalisme de l’école anglo-saxonne.

Le PDG de la Société tunisienne de distribution pétrolière, Khaled Betain, a indiqué que sa participation à cette table ronde vise notamment à présenter le projet de la Société Ajil, entreprise publique de la transition énergétique, notant que la société va prochainement changer de nom. à « Ajil Energy » (Ajil Energy), qui témoignera. Sur son développement en une entreprise capable d’investir dans les énergies renouvelables.

Il a révélé que l’entreprise a récemment obtenu une licence sur un site du nord-ouest pour concentrer son projet modèle d’énergies photovoltaïques pour produire de l’électricité en adoptant l’énergie solaire pour alimenter plus de 21 sites de l’entreprise (stations-service) conformément au cadre législatif adopté en Tunisie. .

Il a souligné que l’entreprise commencera, dès qu’elle aura obtenu les licences nécessaires avant la fin de cette année, à concentrer les panneaux solaires et à produire de l’énergie électrique pour alimenter en électricité ses stations et son siège social en adoptant des énergies renouvelables, à condition que les les quantités sont dirigées vers le réseau de distribution d’électricité de la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz, ou sont utilisées pour concentrer les postes de fourniture d’électricité pour les voitures. électrique.

Il a souligné que la Société lancera dans le cadre de son programme de transformation énergétique la formation de ses ressources humaines dans les domaines de la production et de l’élimination de l’hydrogène vert, dans le but de développer des partenariats rentables qui profitent principalement au pays. Il a indiqué que la Fondation travaille à renforcer ses capacités afin qu’elle soit qualifiée pour investir dans les énergies renouvelables et apporter des investissements rentables en Tunisie.

Et il a indiqué que la société, qui compte plus de 225 stations de distribution de carburant en Tunisie et plus de 50 stations de distribution de carburant dans les ports maritimes, est en mesure de contribuer sérieusement à la transition énergétique en Tunisie en fournissant du carburant, du gaz et de l’électricité pour tous les moyens de transport. , quelle que soit l’énergie qu’ils utilisent, déclarant : « Nous tenons à fournir Avant fin 2022, il y aura des points d’alimentation en électricité des voitures électriques dans nos différentes stations.


#Des #experts #professeurs #universitaires #Canada #Tunisie #participent #une #table #ronde #sur #lénergie #verte #léconomie #verte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.