L’Union générale des étudiants tunisiens dénonce l’ingérence américaine dans les affaires tunisiennes

  • par
L'Union générale des étudiants tunisiens dénonce l'ingérence américaine dans les affaires tunisiennes
Spread the love

L’Union générale des étudiants tunisiens a exprimé son rejet de « toute forme d’ingérence extérieure dans les affaires intérieures de la Tunisie, considérant que le conflit politique tunisien est une affaire qui ne concerne que les Tunisiens ».

Le syndicat a condamné dans un communiqué aujourd’hui, samedi, « l’ingérence américaine dans les affaires tunisiennes », sur fond de la déclaration du secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken, dans laquelle il a estimé que le référendum tunisien sur la constitution s’était caractérisé par une faible participation électorale, exprimant la préoccupation de son pays que la nouvelle constitution pourrait le permettre. Elle affaiblit la démocratie en Tunisie et limite le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

L’Union générale des étudiants tunisiens a appelé les autorités tunisiennes à défendre la souveraineté nationale et à les tenir responsables de répondre à toute intervention étrangère visant à perpétuer le contrôle de la décision politique et à piller les richesses du peuple tunisien. « .

L’organisation étudiante a déclaré: « La position américaine a été rejetée par de nombreuses forces démocratiques, des acteurs politiques progressistes et le peuple tunisien », décrivant cette ingérence dans les affaires tunisiennes comme « une violation manifeste de la souveraineté nationale et une violation du caractère sacré de la patrie ».

Et c’est que le secrétaire d’Etat américain Anthony Blinken avait estimé que la Tunisie « a connu au cours de l’année écoulée une baisse alarmante des normes démocratiques », selon son évaluation, ajoutant que la suspension de la constitution de 2014, le renforcement du pouvoir exécutif et l’affaiblissement des institutions indépendantes depuis le 25 juillet 2021, « a soulevé de profondes interrogations au sein de la Tunisie ». et en dehors de sa voie démocratique.

Joe Hood, qui a été nommé ambassadeur américain en Tunisie, a également déploré devant la commission des relations étrangères du Sénat américain « une érosion inquiétante des normes démocratiques et des libertés fondamentales au cours de l’année écoulée » en Tunisie.

« Les actions du président Kais Saied au cours de l’année écoulée pour suspendre la gouvernance démocratique et renforcer l’autorité exécutive ont soulevé de sérieuses questions », a-t-il déclaré.

La position américaine a généré une vague de réponses rejetant l’ingérence dans les affaires politiques de la Tunisie, tandis que le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman El-Grandi, a convoqué la chargée d’affaires, Natasha Francesky, pour dénoncer « l’ingérence » et les déclarations « inacceptables » des responsables américains qui critiqué le référendum constitutionnel de cette semaine.


#LUnion #générale #des #étudiants #tunisiens #dénonce #lingérence #américaine #dans #les #affaires #tunisiennes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.