La Tunisie a été choisie parmi six pays pour bénéficier d’un projet

  • par
اختيار تونس من ضمن ستّ دول للانتفاع بمشروع "كينوا 4 ماد الاورو متوسطي
Spread the love

La Tunisie a été sélectionnée parmi six pays pour bénéficier du projet « Quinoa 4Med », qui sera mis en œuvre dans le cadre de la coopération euro-méditerranéenne au sein du programme « Prima » pour le Partenariat pour la Recherche et l’Innovation en Méditerranée et financé par l’Union européenne Commission, d’une valeur de 1,7 million d’euros. La part de la Tunisie est de 90 000 euros.
Cela a été annoncé lors de la célébration de la quatrième journée nationale pour l’introduction de la plante de quinoa, qui a été accueillie par la Société coopérative centrale « Lalla Qamar al-Baya » à Al-Aroussia, de la délégation d’Al-Battan, aujourd’hui, vendredi, à la présence de représentants des pays partenaires du projet, à savoir l’Allemagne, la France, l’Espagne, l’Algérie et le Maroc.
Le projet, qui a été annoncé à la fin de ce mois, travaillera sur la valorisation de cette plante en tant qu’espèce herbacée annuelle appartenant à la famille des soucis, et son origine se trouve dans la région des Andes en Amérique du Sud, en renforçant les études à son sujet, en augmentant sa définition, et trouver des solutions pratiques pour sa culture en Tunisie. Encourager les agriculteurs à le faire et intensifier les surfaces qui lui sont allouées, compte tenu de ses propriétés nutritionnelles uniques et de sa capacité supérieure à s’adapter aux différentes régions environnementales et climatiques et sa résistance à la sécheresse et à la salinité.
Le Dr Arafat Al-Mana, spécialiste de l’étude de l’impact des pressions environnementales sévères sur la croissance des plantes, en particulier sur la culture du « quinoa » et son appréciation, a déclaré à l’Agence Tunis Africa News que le Centre de biotechnologie de Borj Cedria supervise le projet, en collaboration avec plusieurs partenaires dont la plupart sont des coopératives agricoles comme la Coopérative Centrale Lalla Amar. La Maison d’El Aroussia, et la Société Coopérative de Services Agricoles, El Izdihar, à Hazek, Sfax. Il a ajouté que des travaux seront menés sur la mise en œuvre d’études et de recherches qui ont été travaillées pendant trois ans, dans les champs, et la transformation des résultats atteints en cultures qui soutiennent la diversité du système céréalier alimentaire, y compris le blé, orge et autres.
Arafat a confirmé que l’expérimentation de culture du quinoa en Tunisie a été lancée à la saison agricole 2018-2019 avec un agriculteur sur une surface expérimentale de 600 mètres carrés pour quatre types de quinoa dans la région Hazek de Sfax, pour inclure 03 agriculteurs de Korba , Mahdia et Sfax à la saison agricole 2019-2020. Sur un domaine d’un hectare et cent mètres carrés.
Il a souligné que la saison agricole 2019-2020 a vu une extension des superficies à un hectare et 4600 mètres carrés, qui ont été plantées par 08 agriculteurs des zones mentionnées, avec l’ajout d’un agriculteur de Suleiman dans le gouvernorat de Nabeul.
Il a souligné que le projet « Quinoa 4 Mad » permettra d’accompagner la culture de cette plante en Tunisie, après le succès des expérimentations de terrain et de laboratoire, et de prouver l’adéquation du climat et du sol de notre pays aux caractéristiques de cette plante. Les pays qui l’ont cultivée, une agriculture alternative qui résiste à la sécheresse et à la salinité, et est capable de reconquérir des terres marginales et salines.

Le chercheur a expliqué que le quinoa, apparu en Amérique du Sud, est cultivé durant les mois de novembre et décembre et est récolté manuellement ou automatiquement, en commençant entre les mois de mai et juin. Il est utilisé dans plusieurs aliments et ses grains sont exempts de protéine «gluten». Cette intention est entrée dans le système de consommation en tant qu’aliment équilibré riche en fer, manganèse et protéines, pour les patients sensibles au gluten et à de nombreuses autres maladies.

Pour sa part, la responsable de la coopérative centrale de « Lalla Qamar al-Baya » à al-Aroussiya, Laila al-Masturi Luat, a confirmé que la coopérative, qui relève le défi de restaurer les racines en faisant revivre les semences d’origine, et d’encourager l’ensemencement de céréales traditionnelles comme le blé Mahmoudi, participe à la réussite de ce projet, en incitant les agriculteurs, à la production de Quinoa face au changement climatique, à la rareté de l’eau et à la sécheresse.

Elle a ajouté que l’implication de la coopérative dans la relance de cette fête nationale s’incarnait dans l’accueil des contributeurs du projet et de nombreux philanthropes qui ont fait le point sur les expériences de leurs pays dans la culture du « quinoa » tout en présentant les caractéristiques de cette plante et les méthodes de plantation et de récolte. et encourager les agriculteurs à programmer des espaces importants pour cela, ainsi que faire le point sur l’expérience de la Tunisie dans ce domaine .

Les experts invités ont visité une unité de purification de céréales à Wadi El-Layl et ont été informés du travail de la coopérative Lalla Qamar al-Biya et des contributions des femmes artisanes et ouvrières dans la culture des plantes médicinales, des parfums et des produits alimentaires traditionnels.
source_watt


#Tunisie #été #choisie #parmi #pays #pour #bénéficier #dun #projet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.