Le Mouvement populaire : « Il n’y a pas de place pour permettre à un parti régional ou international de s’ingérer dans les affaires intérieures de la Tunisie. »

  • par
حركة الشعب:’’ لا مجال للسماح لأي طرف اقليمي أو دولي بالتدخل في الشأن الداخلي التونسي’’
Spread the love

Dans une déclaration publiée aujourd’hui, vendredi, concernant le référendum sur le texte du projet de constitution, le Mouvement populaire a affirmé que l’atteinte de la fin de la piste du 25 juillet « est conditionnée à la hâte de manière participative pour résoudre les questions en suspens, au premier rang desquelles est la loi électorale », considérant que ce référendum « n’est pas la fin du processus ni son aboutissement ». Autant qu’il s’agit d’une première pierre angulaire et d’une étape fondamentale sur la voie de la construction de ce qu’elle a appelé une « république populaire ».

Le mouvement a appelé la Haute Autorité Indépendante pour les Elections à « réaliser une évaluation approfondie et approfondie de la performance de ses différentes structures dans l’organisation et la réalisation du référendum sur la constitution, et à œuvrer pour surmonter les obstacles qu’elle a subis afin d’assurer un climat électoral qui rompt avec les traditions établies par les lobbies de corruption et de tyrannie durant la décennie noire », selon le texte du communiqué.

Dans son communiqué, le Mouvement populaire a réitéré qu’il n’y a pas lieu de permettre à un quelconque parti régional ou international de s’immiscer dans les affaires intérieures de la Tunisie ou de porter atteinte à l’indépendance de la décision nationale, considérant que les déclarations émises par certains pays sont des « ingérences rejetées » comme « tous appels internes à l’intimidation par les forces politiques et financières. la communauté internationale pour assiéger le peuple et tenter de le mettre à genoux ».

Le mouvement a mis en garde contre « le danger d’être entraîné dans le discours de division des Tunisiens et de démantèlement de l’unité du tissu social national ».

Le Mouvement populaire, qui était l’un des partisans du vote « oui » au texte de la constitution soumis au référendum, et a obtenu 94,6% des voix des participants au vote (plus de 2,8 millions d’électeurs), a exprimé son inquiétude sur « l’état de faiblesse et de confusion qui caractérise la performance du gouvernement, notamment dans les dossiers liés aux affaires sociales et de sécurité, ainsi que dans la gestion du dossier des négociations avec le FMI et les partenaires internationaux et régionaux.

D’autre part, le mouvement affirme, dans son communiqué, « la nécessité d’accorder au dossier social l’attention qu’il mérite, en adoptant des mesures rapides en faveur des groupes vulnérables et des marginalisés, afin de consacrer le rêve des Tunisiens à la construction d’un nouvelle république. »


#Mouvement #populaire #pas #place #pour #permettre #parti #régional #international #singérer #dans #les #affaires #intérieures #Tunisie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.