Responsable allemand : le référendum tunisien est illégal et nous allons réévaluer la coopération avec lui

  • par
Responsable allemand : le référendum tunisien est illégal et nous allons réévaluer la coopération avec lui
Spread the love

Un membre de la commission des relations extérieures du Parlement allemand, Tobias Bachcherle, a déclaré à DW que le référendum sur la nouvelle constitution proposée par le président Kais Saied est « illégitime » et constitue une « régression de la démocratie ».

Bacherleh, qui appartient au Parti vert, a ajouté : « Je vois la constitution approuvée, ou celle que l’on croit approuvée, problématique sur plusieurs points, notamment le fait qu’elle concentre le pouvoir au poste de président et dépouille le Parlement de ses pouvoirs . »

Bachirle a ajouté qu’il considérait le référendum comme fondamentalement problématique, et a expliqué : « Cela s’est produit à un moment où le Parlement a été dissous et ni l’opposition ni la société civile n’ont participé au projet de constitution », et a ajouté : « Même le chef de la rédaction de la Constitution Comité en Tunisie a dit plus tard que cette constitution n’a pas C’est pourquoi je trouve que ce référendum lui-même est illégitime, et je ne vois aucun fondement pour une telle chose dans la constitution tunisienne actuelle.

Bien que Bachirle ait souligné la nécessité de maintenir le partenariat avec la Tunisie, il a indiqué que la coopération avec elle sera évaluée après le référendum, et a expliqué : « L’Allemagne est le troisième partenaire commercial de la Tunisie, et je pense qu’il est important que nous maintenions ce partenariat commercial. partenariat », et a poursuivi : Mais avant tout, nous traiterons les uns avec les autres sur le plan politique et cela comprend bien sûr également un soutien politique et financier qui tient compte de ce qui s’est passé là-bas.

Bächerle a souligné la nécessité d’intensifier les efforts allemands pour protéger et soutenir la société civile et les personnes touchées par la discrimination, telles que les personnes LGBT, et de leur fournir des espaces sûrs. « Je pense qu’il est très nécessaire que nous le fassions maintenant », a-t-il déclaré.

Bachirallah a critiqué le président tunisien Said, qui cherche à « consolider sa vision d’un système présidentiel autoritaire qui contredit complètement la constitution progressiste de 2014 », comme il l’a dit.

Il a ajouté : « Indépendamment du référendum, il y a un rapprochement vers les régimes autoritaires, et je veux dire que Saïd fait maintenant l’éloge du régime d’Assad ou commente positivement à son égard. Inaperçu ».

Bachirle a déclaré dans un article qu’il a écrit sur le référendum tunisien mardi que « les piliers clés de la démocratie tels qu’un parlement efficace et fort avec un pouvoir budgétaire, un système judiciaire indépendant, la liberté de la presse et la liberté d’expression sont écrasés » en Tunisie.


#Responsable #allemand #référendum #tunisien #est #illégal #nous #allons #réévaluer #coopération #avec #lui

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.