La déclaration de Rashid Ghannouchi devant le bureau d’enquête

  • par
La déclaration de Rashid Ghannouchi devant le bureau d'enquête
Spread the love

Le mouvement Ennahda a publié sur sa page Facebook officielle, « le discours du président du mouvement, Rached Ghannouchi, devant le bureau d’enquête » au Pôle judiciaire antiterroriste, avant d’être entendu aujourd’hui, lundi, dans l’affaire « Namaa  » association.

Ghannouchi a déclaré: « Aujourd’hui, je suis amené ici pour comparaître devant la justice tunisienne par respect pour elle et en faveur de l’existence d’une autorité judiciaire indépendante – elle n’a pas de travail car elle est recherchée par quelqu’un qui rabaisse son rôle et sa position – et J’ai également apporté une victoire à la lutte des juges honorables pour l’indépendance du pouvoir judiciaire et le respect de ses structures et en rejetant tous les efforts visant à faire pression sur lui et à l’employer. » Et punir les juges en les destituant ou en les mutilant. Malheureusement, tout cela se passe aujourd’hui de la part de M. Qais, de son ministère et de ses partisans lâches… Depuis le coup d’État du 25 juillet, ils m’attendent et travaillent à me diffamer et à me ma famille et fabriquer de fausses accusations contre moi, des accusations malveillantes qui n’ont aucun fondement dans la réalité. En fait, ces accusations s’inscrivent aujourd’hui dans le cadre de l’adoption d’un projet de constitution qui consacre le coup d’État, la tyrannie, la règle individuelle absolue, portant atteinte aux valeurs et acquis de la république, et plongeant davantage le pays dans une crise globale et profonde et un isolement dans le monde. .
Ghannouchi a ajouté : « Je ne suis pas fier de ceux qui théorisent sur la modération et la modération intellectuelle et politique, et regardent la démocratie islamique et l’islam démocratique en échange de thèses d’arriération, d’extrémisme, de violence, de terrorisme, d’exclusion ou de violation des libertés… Je l’ai fait et ce depuis plus de cinquante ans, et mes livres et articles Et mes prises de position en témoignent, et c’est le devoir de la religion et de la patrie.

Le texte intégral de la déclaration de Rashid Ghannouchi :

Au nom de Dieu le Miséricordieux

?1.Aujourd’hui, je suis amené ici pour comparaître devant la justice tunisienne par respect pour celle-ci et en faveur de l’existence d’une justice indépendante – pas de poste tel qu’il est recherché par quelqu’un qui s’écarte de son rôle et de sa position – et j’apporte également une victoire à la lutte des juges honorables pour l’indépendance de la justice et le respect de ses structures, rejetant tous les efforts pour faire pression sur elle et l’employer et punir les juges en les révoquant ou en les déformant. Malheureusement, tout cela se produit aujourd’hui de la part de M. Qais, de son ministère et de ses partisans lâches. Depuis le coup d’État du 25 juillet, ils m’attendent et travaillent à me diffamer, moi et ma famille, et fabriquent de fausses accusations contre moi, des accusations malveillantes qui n’ont aucun fondement dans la réalité et la réalité. Un cadre pour l’adoption d’un projet de constitution qui consacre le coup d’État, la tyrannie et la règle individuelle absolue, frappant les valeurs et les acquis de la république, et plongeant davantage le pays dans une crise et un isolement complets et profonds dans le monde.
?

2.Je ne suis pas fier de ceux qui théorisent sur la modération et la modération intellectuelle et politique, et regardent la démocratie islamique et l’islam démocratique en échange de thèses d’arriération, d’extrémisme, de violence, de terrorisme, d’exclusion ou de violation des libertés… J’ai fait ça et j’ai depuis plus de cinquante ans, et mes livres, articles et prises de position en témoignent, C’est le devoir de la religion et du pays.
3.Le mouvement de la Renaissance tunisienne a mené et continue d’être sur la voie de la démocratie et de la modération, de la recherche du consensus et de la coopération, du respect des institutions de l’État et de ses lois, et de la coopération avec tous ceux qui respectent la démocratie afin de placer la valeur de la liberté et de la démocratie au sommet de ses valeurs, de l’intérêt, des sacrifices et des concessions quand il le faut.

?4.Et si la Tunisie – parmi de nombreux pays arabes frères dans lesquels des révolutions ont eu lieu en même temps – a persisté pendant dix ans dans la démocratie malgré toutes les tentatives de régression et de renversement, et si cette démocratie naissante est toujours inébranlable et lutte contre le coup d’État contre elle , alors qu’il a rechuté la plupart de ces années. Pays, c’est la preuve de l’ampleur des sacrifices consentis par le peuple tunisien et ses forces de base, dont le mouvement Ennahda, avec la sagesse de son comportement et sa protection constante de la démocratie tout au long de cette décennie, et son déjouement de toutes les tentatives de contournement. depuis la révolution jusqu’à aujourd’hui, y compris après le coup d’État brutal du 25 juillet 2021.

?5.Il y a eu des erreurs, sans doute, dans cette épopée tunisienne, et beaucoup en portent la responsabilité, dont Al-Nahda, mais pas seuls, car certains tentent de la tromper et de falsifier l’histoire et la réalité. Les erreurs les plus importantes sont la faible réussite économique. Mais cela n’annule pas ce qui a été réalisé dans la décennie, et ne justifie pas de la qualifier de décennie de ruine

?6.Je suis sûr qu’une comparaison objective, scientifique et chiffrée entre ce décile et les précédents sera dans l’intérêt de cette décennie pour tout ce qui concerne l’augmentation des salaires et le rapprochement entre eux, et la prise en charge des pauvres et des augmentant leurs subventions, dans la pose et le pavage des routes et chemins ruraux, dans le logement social et dans l’éclaircissement et la connectivité à l’eau potable, et dans le règlement des conditions de travail précaires de dizaines de milliers de personnes dans divers domaines, dans l’extension de la couverture sanitaire et sociale, et dans la suppression beaucoup de doléances, etc… Cela s’ajoute à la garantie des libertés d’expression, d’association, de presse, de manifestation et de respect de la démocratie qui s’est hissée au niveau des plus anciennes démocraties, etc… Pourquoi ? La Tunisie réussit à atteindre la croissance promise et aspirée en raison du manque de stabilité et du grand nombre de pressions, voire de protestations, qui sont des raisons qui ont retardé l’achèvement des réformes nécessaires…
?sept.Les tentatives se poursuivent, et les méthodes sont variées, pour cibler le mouvement Ennahda et ses symboles, dans des tentatives persistantes et implacables de le lier au terrorisme et au complot contre le pays, et de le transformer d’une situation politique qui traite de la démocratie à une situation sécuritaire et judiciaire. dossier. C’est l’un d’entre eux aujourd’hui. Chaque fois qu’ils sont incapables de le vaincre par les urnes, ils ont recours à la justice, à la sécurité et à certains médias pour le frapper. Habituellement, cela survient alors que le pays attend avec impatience une station politique comme le référendum que nous avons rejeté, nous sommes donc punis pour cette raison et comme les élections qui se préparent en notre absence. Et ils ne réussiront pas avec l’aide de Dieu, mais ce faisant, ils détruisent la démocratie et les institutions du système républicain, approfondissent la crise et l’isolement du pays et le poussent à la rivalité, à la pauvreté et au chaos, dans l’inconnu.

?8.J’ai été jugé pour des accusations politiques et emprisonné sous les règnes de Bourguiba et de Ben Ali, et j’ai été condamné à mort pour ma direction d’un parti politique qui a refusé de reconnaître son droit à exister et a insisté pour le considérer, ainsi que d’autres partis, comme une question de sécurité, pas une question politique car c’est la vérité. La Renaissance, ses hommes et ses femmes, a été patiente et a enduré l’oppression de ce que vous savez et de ce que vous ne savez pas jusqu’à ce que la révolution libère le pays de l’oppression et de l’oppression. Aujourd’hui, ils veulent me poursuivre pour des accusations de droit public, je suis celui qui a passé ma vie dans la lutte pour un état de droit juste et des institutions représentant le peuple qui ne s’y intéressent pas, et j’ai déclaré ma propriété plus que une fois en toute transparence, mais ils n’arrêtent pas de déformer et de calomnier délibérément, et c’est l’une des pires injustices.

?9.Je n’ai pas peur pour moi de leur acte honteux, car les vivants, les inébranlables, m’ont donné une longue vie, mais je crains pour la Tunisie et ses acquis et pour les droits politiques, économiques et sociaux du citoyen qui s’y trouve. Discours de haine, accusations et diabolisation des différents, d’une manière qui nuit à l’image de notre pays et expulse les oiseaux de son arbre et ne le laisse pas comme un ami.

?dix.Combien de fois ils m’ont retenu, moi et ma famille, et le font encore, combien de fois ils ont annoncé que je mourais – et la mort a raison – ou que j’étais dans un état grave à l’hôpital. « Si la compréhension des immortels est morte », la mort arrivera un jour, mais pas par leurs souhaits, mais par le décret du Seigneur des mondes.11.Je suis rassuré par le destin de Dieu Tout Puissant, et à cet âge et après toute mon histoire intellectuelle, politique et organisationnelle, je n’ai pas peur de ce qu’ils me disent, tout comme je n’ai pas peur du mouvement Ennahda tant qu’il défend corriger les problèmes nationaux et est biaisé en faveur des valeurs de liberté, de démocratie, d’islam modéré et des intérêts du pays, et tant qu’il recherche le renouveau, la réforme et le développement.
?12. Il n’y a d’avenir digne de la Tunisie et des Tunisiens que dans le respect de la liberté, de la démocratie et de ses institutions légitimes, en se concentrant sur les priorités économiques et de développement, en mettant en œuvre les réformes nécessaires, en respectant l’impartialité de l’administration, de l’armée, de la sécurité et de l’indépendance de la justice , valorisant les valeurs du travail et du don, respectant les valeurs de coexistence et rejetant la haine et la violence, comme l’ont fait toutes les nations qui nous ont précédés. Sur la voie de la libération et du progrès.
Le mouvement Ennahda et moi-même en sommes conscients et nous engageons à poursuivre la lutte pour y parvenir et à coopérer avec tous les croyants en un État civil et démocratique au service de son peuple, et sommes prêts à faire des sacrifices ou des concessions pour cela.

?13.A cette occasion, je voudrais saluer les Chevaliers de la Liberté, je veux dire les professeurs d’avocats qui désespèrent de défendre les opprimés, nous les saluons tous pour ce combat continu que nous avons connu dans toutes les générations d’avocats tunisiens. Je salue également les professionnels des médias qui font progresser ce secteur important dans la sensibilisation, la diffusion de la vérité et la protection de la liberté d’expression et de la presse. C’est un message noble et vital pour construire une société démocratique.

Que Dieu protège la Tunisie, présente et future


#déclaration #Rashid #Ghannouchi #devant #bureau #denquête

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.