Le Parti constitutionnel libre dénonce la nomination de sa présidente à l’ambassade de Tunisie à Doha sans la notifier

  • par
Le Parti constitutionnel libre dénonce la nomination de sa présidente à l'ambassade de Tunisie à Doha sans la notifier
Spread the love

Le Parti constitutionnel libre a dénoncé, dans un communiqué publié aujourd’hui, vendredi, ce qu’il considère comme une « opération de fraude » contre le président du parti, Abeer Moussa, « qui s’est étonné que ses données personnelles aient été utilisées et délimitées à son insu et notifiées à l’administration tunisienne ». ambassade à Doha », annonçant la mission de l’organe de défense d’effectuer les procédures judiciaires nécessaires pour révéler la vérité sur l’affaire. Ce qu’il a appelé « crime ».

Le parti a également dénoncé ce qu’il considérait comme « la commission électorale modifiant délibérément les circonscriptions électorales sans base légale », après que la cheffe du parti eut découvert, en tentant de récupérer son inscription au bureau de vote dans lequel elle était piochée depuis 2019, que la circonscription d’El Menzah s’est affiliée à la circonscription de Tunis 1 au lieu de Tunis 2, qu’elle a élue en son nom en 2019, selon le texte du communiqué.

Il a appelé l’institution judiciaire à assumer sa responsabilité historique pour arrêter ce qu’elle considère comme « l’hémorragie des violations des lois, pour faire face à la déviation du pouvoir exercée par le chef de l’Etat et les armes mêlées au processus électoral, et pour sauver le pays ». de glisser vers l’état de califat », comme il l’a dit.

D’autre part, le parti a indiqué dans son communiqué que le recours en référé qu’il avait déposé devant le Tribunal de Première Instance de Tunis contre la Haute Autorité Indépendante pour les Elections, pour exiger l’arrêt de la campagne référendaire, a été reporté à lundi prochain (juillet 18), pour recevoir les arguments de l’équipe de défense.

Il est à noter que le président de l’Etat, Kais Saied, avait évoqué, lors de son entretien avec le ministre de l’Intérieur mardi dernier au Palais de Carthage, ce qui a été révélé, ces derniers jours, de piratage du site internet lié à l’inscription des électeurs et à la modification bureaux de vote, comme ceux qui ont eu lieu à l’occasion de la consultation nationale, « dans une tentative désespérée d’introduire le chaos et la confusion le jour du référendum », a-t-il déclaré.


#Parti #constitutionnel #libre #dénonce #nomination #présidente #lambassade #Tunisie #Doha #sans #notifier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.