Affaire de l’association « Namaa Tunisie » : l’interrogatoire de Ghannouchi le 19 juillet

  • par
‫قضية جمعية ’’نماء تونس’’: استنطاق الغنوشي يوم 19 جويلية  المقبل
Spread the love

La chambre d’accusation de la cour d’appel de Tunis a décidé ce jeudi de renvoyer le dossier de l’affaire d’instruction relative à l’association « Namaa Tounes » au juge d’instruction, qui s’engage à achever son travail, notamment l’interrogatoire du chef du mouvement Ennahda couvert par les recherches de ce dossier le 19 juillet.

Cette décision intervient selon ce qu’un membre de l’équipe de la défense dans l’affaire dite « Tunisie Développement », avocat Mokhtar Jamai, a déclaré ce soir à l’Agence Tunis Africa News, après que la chambre d’accusation a refusé d’interjeter appel sous la forme d’un appel public. Parquet, et a fait appel de sa décision de garder les sept prévenus (7). condition de libération.

Al-Jama’i a ajouté que l’appel du ministère public visait à obtenir des cartes de dépôt contre les accusés, dont le directeur général de l’association aux côtés d’un ancien Premier ministre, sans mentionner son nom (faisant référence à Hammadi Al-Jabali), expliquant que le refus de l’appel du ministère public a été formalisé par la chambre d’accusation près la cour d’appel, c’est-à-dire maintenir tous les accusés en état de liberté.

La porte-parole officielle du ministère de l’Intérieur, Fadela Al-Khulaifi, avait révélé lors d’une conférence de presse tenue le 24 juin au siège du ministère de l’Intérieur, concernant les développements de cette affaire, qu’« il y a un soupçon d’enregistrement suspect opérations financières de cette association, et le suivi des flux financiers importants non conformes à son activité autorisée. avec ça ».

Elle a confirmé l’arrestation de 3 personnes dans un premier temps après la perquisition de leurs domiciles, et de nombreux ordinateurs, appareils, documents financiers et relevés bancaires indiquant qu’ils avaient reçu des fonds de l’étranger ont été saisis, et que de nombreuses personnes ont été incluses dans l’inspection, et ceux qui avaient un siège connu et légal en Tunisie ont été convoqués.

Il est à noter que l’ancien leader du mouvement Ennahda, Hamadi Jebali (Il a dirigé le gouvernement de décembre 2011 à mars 2013), a été arrêté le 23 juin par des éléments de sécurité à Sousse, sur fond de dossier du Namaa Funding.


#Affaire #lassociation #Namaa #Tunisie #linterrogatoire #Ghannouchi #juillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.