Coalition Somoud : Un pas positif du président .. Mais ils ont voté ‘Non’

  • par
ائتلاف صمود: خطوة إيجابيّة من الرئيس.. لكن صوتوا بـ'لا'
Spread the love

Dans un communiqué, l’Autorité nationale de la coalition Somud a salué l’interaction positive du président Kais Saied, après avoir publié des révisions au texte du projet de constitution proposé au référendum du 25 juillet.

La commission a considéré qu’il s’agissait d’un pas audacieux qui pourrait pousser vers la création d’un véritable climat participatif avec les forces nationales de la société civile et politique et avec le reste du peuple tunisien et tous ceux qui n’ont pas participé au système de terrorisme et de corruption avant le 25 juillet. , 2021.

D’autre part, la Commission a considéré dans sa déclaration que le projet révisé contient encore de nombreuses violations qui empêchent l’établissement de l’État de droit, dont la plus importante est peut-être le déséquilibre entre les autorités et le chevauchement entre elles, car aucun mécanisme ont été mis en place qui permettraient le contrôle, la responsabilisation, la reddition de comptes ou la destitution du Président de la République.

Les conditions impossibles de retrait de confiance au gouvernement, ni la constitution de la Cour constitutionnelle, n’ont pas été revues, et l’autorité judiciaire a été maintenue au Président de la République, étant donné que le texte proposé lui confie la nomination des membres des organes judiciaires, administratifs et des conseils financiers, sans préciser les mécanismes et les contrôles de manière à établir un système politique qui centralise tous les pouvoirs. Au Président et ouvre la porte au retour de la tyrannie, selon ce qui a été dit dans la source même.

La Citizens’ Resilience Coalition a appelé à voter « non » sur le projet proposé, tout en poursuivant la pression positive et en faisant pression pour davantage de réformes, que ce soit avant ou après la date du référendum.

Voici le texte intégral de la déclaration :

Un pas positif, mais pas suffisant, vers l’établissement de l’État de droit.

Suite à la parution des révisions approuvées par le Président de la République sur le texte du projet de constitution proposé au référendum du 25 juillet 2022, qui comportaient 46 révisions et ne se limitaient pas à corriger quelques erreurs au niveau de la forme, mais également inclus des modifications importantes dans certains chapitres, affectant le contenu du projet proposé.

L’Autorité Nationale de la Coalition Somud s’est réunie aujourd’hui, 10 juillet 2022, et après lecture des révisions qui sont venues et étude de leur contenu :

1/ Elle note l’interaction positive du Président de la République avec les appels urgents à reconsidérer le texte proposé, qui ont confirmé que ces appels avaient leurs justifications objectives. Il est considéré comme un pas audacieux qui pourrait pousser vers la création d’un véritable climat participatif avec les forces nationales de la société civile et politique et avec le reste du peuple tunisien et tous ceux qui n’ont pas participé au système de terrorisme et de corruption avant le 25 juillet. 2021.

2/ Elle considère que les récentes révisions apportées par le Président de la République au projet de texte constitutionnel sont positives, car elles apporteront des gains importants, notamment dans le domaine des droits et libertés, et qu’une disposition claire pour l’élection générale directe des membres de l’Assemblée des représentants du peuple lèveront toute confusion sur la nature du Conseil représentatif et sa légitimité. .

3/ Il apprécie les luttes des forces démocratiques nationales de la société civile et politique et les positions des experts et spécialistes qui ont signalé à l’opinion publique les points faibles du projet de constitution proposé, et les appelle à poursuivre leurs luttes de principe pour le public l’intérêt et de consacrer l’État de droit qui garantit le pluralisme et la délibération politique pacifique dans le cadre d’un système politique démocratique. l’autorité, les équilibre et protège les droits et les libertés.

4/ Souligne son adhésion à la voie du 25 juillet, et son adhésion à la réalisation de ses revendications légitimes, insistant sur son rejet catégorique du retour du système de corruption et de terrorisme, et rappelant que la coalition Somud, qui a choisi d’affronter le système antérieur , a poursuivi une voie de réforme au sein du système du 25 juillet, basée sur un soutien monétaire et proposant des alternatives d’intérêt général. .

5/ considère que le projet révisé contient encore de nombreuses brèches qui empêchent l’instauration de l’Etat de droit, dont la plus importante est peut-être le déséquilibre entre les autorités et leur chevauchement, les mécanismes permettant un contrôle n’ayant pas été approuvés, responsabilisation ou destitution du Président de la République. Les conditions impossibles de retrait de confiance au gouvernement, ni la constitution de la Cour constitutionnelle, n’ont pas été revues, et l’autorité judiciaire a été maintenue au Président de la République, étant donné que le texte proposé lui confie la nomination des membres des organes judiciaires, administratifs et des conseils financiers, sans préciser les mécanismes et les contrôles de manière à établir un système politique qui centralise tous les pouvoirs. Quand le président ouvre la porte au retour de la tyrannie.

6/ Elle considère que la coïncidence de ces révisions avec le début de la campagne référendaire créera un état de confusion susceptible d’entraver le déroulement de la campagne dans un climat démocratique sain. Par conséquent, elle appelle le Président de la République et la Haute Autorité Indépendante pour les Elections à ouvrir la voie pour que les participants à la campagne reconsidèrent leurs positions à la lumière des récentes révisions. Et en reportant la date du référendum de trente (30) jours, pour leur permettre de mener une campagne juste, réussie et réussie, et pour permettre aux citoyens d’étudier le nouveau texte et leur donner la possibilité de l’évaluer pour voter avec connaissance et connaissance de son contenu.

Sur la base de ce qui précède, la Coalition Somud appelle les citoyens à voter « non » sur le projet proposé tout en poursuivant la pression positive et en faisant pression pour davantage de réformes, que ce soit avant ou après la date du référendum. Le succès de cette option est l’occasion d’ouvrir un véritable dialogue entre le Président de la République et les forces qui soutiennent le processus afin d’achever les révisions nécessaires pour que la Constitution de la Troisième République consacre l’Etat de droit et le progrès et la prospérité pour le peuple tunisien.


#Coalition #Somoud #pas #positif #président #Mais #ils #ont #voté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.