« I Watch » révèle des soupçons de corruption, de manipulation et de gaspillage d’argent public dans « Al-Sawad » et dans l’un de ses deals

  • par
''أنا يقظ'' تكشف عن شبهات فساد وتلاعب وإهدار للمال العام في 'الصوناد' وفي إحدى صفقاتها
Spread the love

Ce soir, lundi, l’organisme « I Watch » a publié sur sa page Facebook un post dans lequel il confirmait avoir reçu un ensemble de documents et de données révélant des soupçons d’inconduite et de gaspillage d’argent public commis par la Société nationale pour le Exploitation et Distribution de l’Eau, ainsi que des soupçons de corruption et de manipulation de la chose publique. Pour l’usine de dessalement d’eau de mer de Sfax financée par l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) et qui a été dévolue à la COBRA INSTALLACIONES Y SERVICIOS/METITO OVERSEAS/ORASCOM CONSTRUCTION.

L’organisation a souligné que les travaux devaient être achevés en 2022, mais ils n’ont commencé que le 1er avril 2022, sous la supervision du Premier ministre Naglaa Boden, qui a donné le signal du début des travaux de construction de la station d’eau. Puisque ce projet est perturbé depuis 2020 en raison d’un soupçon de manipulation dans le marché public qui est allé au seul consortium d’entreprises participant à l’appel d’offres, où l’Autorité suprême de la demande publique à travers le Comité supérieur de contrôle et de contrôle des marchés publics s’est dressé avant la conclusion de ce marché en fondant son avis sur le rejet, mais depuis son avis Consultatif et incompatible avec les marchés publics conclus par les établissements publics, la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux a ignoré son avis et ne l’a pas retenu. Cela a affecté les procédures d’attribution du marché. Considérant que, l’avis de l’Autorité Supérieure de l’Application Publique est fondé sur les motifs suivants, et l’organisation remplie :

Le concours limité, dans lequel il a été considéré comme l’exclusion des institutions nationales, ainsi que la durée des procédures de concours, qui affecte son résultat, en particulier après que le complexe TECNICAS, qui a présenté la deuxième offre, a retiré son offre au dernier moment, ce qui accroît la suspicion de truquage des offres ; ⭕ L’énorme écart de 40,7% entre l’offre financière présentée par le complexe qui a remporté le marché et les estimations de la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux ;

– La commission compétente pour le suivi et l’audit des marchés de construction et de génie civil et des études connexes a également constaté que les procédures de négociation avec l’ensemble ayant obtenu le marché ne sont pas conformes aux règles du bailleur de fonds relatives à la passation des marchés publics, qui font partie de la convention de financement, qui ne permet pas la négociation des prix, contrairement à ce qu’indiquait l’établissement, et que l’autorisation exceptionnelle stipulée Il doit être à l’article 5.5 du règlement non lié à l’état de la situation car il « conduit à une révision des caractéristiques techniques ou changements dans le projet, ce qui constitue une violation des règles de concurrence et nécessite une remise en concurrence ». Car force est de constater que la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution de l’Eau a tergiversé dans ce projet jusqu’à créer un besoin urgent chez les citoyens, ce qui permet d’accélérer à tout prix le processus de contractualisation après avoir brandi le slogan « Sfax a soif » et le cas est que c’est celui qui a provoqué la soif des citoyens.

Ce qui est suspect dans ce projet, c’est qu’il n’a pas été divisé en tranches d’une manière qui permettrait la participation d’un plus grand nombre de Tunisiens et d’institutions nationales émergentes. En contrepartie, la méthode « clé en main » a été adoptée, ce qui a fait monter le prix de la transaction de 260 millions de dinars et a provoqué une concurrence limitée en violation explicite du chapitre 16 de l’ordonnance n° 1039 de 2014 du 13 mars 2014, relative à l’organisation de la commande publique, qui précise que « l’acheteur public, lors de l’élaboration du cahier des charges, doit tenir compte des capacités des donneurs d’ordres, des producteurs, des prestataires, des bureaux d’études nationaux et des objectifs de développement durable ».

La répartition des candidatures en tranches est obligatoire, chaque fois qu’il apparaît que cette répartition favorise la participation des institutions nationales ou procure des avantages financiers, techniques ou sociaux.

« I Watch » a indiqué que ce deal était resté longtemps au point mort en raison de son non-respect des règles de transparence et de concurrence de l’ordonnance-cadre pour les marchés publics, mais il est revenu à la table des négociations pendant la période du mandat d’Hisham Al-Mashishi. gouvernement. Il est venu rompre avec la politique du gouvernement précédent, mais en fait il a poursuivi la même politique de ses prédécesseurs sans se poser de questions et sans tenir compte de l’avis de la Commission supérieure de contrôle et de contrôle des transactions publiques de la Haute Autorité de la Demande Publique à la Présidence du Gouvernement, qui n’a pas donné son accord à trois reprises (le 23 juillet 2020 puis le 05 janvier 2021 puis le 29 janvier 2021) pour céder le marché public à COBRA INSTALLACIONES Y SERVICIOS/METITO OVERSEAS/ORASCOM CONSTRUCTION , alors que les soupçons susmentionnés planent sur l’affaire de l’usine de dessalement d’eau de mer de Sfax, selon ce qu’affirme dans le même blog l’organisation.

« I’m Watching » a appelé le Premier ministre à fournir des explications et des justifications pour lancer le projet sans enquêter ni révéler les faits, rappelant le projet de décret portant dispositions particulières pour accélérer la réalisation des projets publics et faire avancer les projets du secteur privé à travers lesquels le le gouvernement entend supprimer le contrôle préalable des structures de contrôle et des commissions de suivi des marchés publics Dans les projets financés par des bailleurs de fonds étrangers, ce qui menace la transparence et l’intégrité des marchés publics, voire rend plus important et plus important « l’avis du bailleur de fonds ». supérieur à l’opinion des intérêts de surveillance de l’État. Preuve de la politique de l’Etat en ce sens.

Je suis attentif appelé le Ministère Public à soulever un cas devant la Cour des Comptes dans l’article de réprimande des fautes de conduite, souhaitant à la Société Nationale d’Exploitation et de Distribution de l’Eau un anniversaire plus transparent et respectueux des lois. Souveraineté des décisions nationales.


#Watch #révèle #des #soupçons #corruption #manipulation #gaspillage #dargent #public #dans #AlSawad #dans #lun #ses #deals

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.