Al-Sadiq Shaaban : Je demande gentiment que le référendum soit reporté de plusieurs semaines

  • par
الصادق شعبان:أطلب بكل لطف أن يؤخّر الاستفتاء لأسابيع
Spread the love

L’ancien ministre de la Justice, Sadiq Chaaban, a appelé le président de la République, Kais Saied, dans un post sur son compte Facebook, à reporter de plusieurs semaines le référendum sur le projet de « Constitution de la Nouvelle République » et à rencontrer les chef du Comité Consultatif (Sadiq Belaid) et d’écouter toutes les grandes sensibilités politiques et les organisations nationales et Ceux qui y voient des spécialistes et d’amender ce qui doit être amendé en vertu d’une « politique au service des peuples et gérant les contradictions » et de rédiger un texte pour La Tunisie qui réalisera un avenir sûr et prospère pour la Tunisie, selon son communiqué.

Ce billet fait suite à un précédent billet dans lequel il exprimait son soutien à la constitution, malgré quelques réserves à son sujet, déclarant qu’il la voterait « avec conviction », estimant que ce projet, sur lequel les Tunisiens seront consultés, vaut mieux que la constitution de 2014 et « nous n’étions pas confus à ce sujet au cours de la décennie ». La constitution noire », ajoutant qu’il (le projet de constitution) « ne s’est pas trompé comme la constitution de 2014 s’est trompée en fermant les fenêtres… l’amendement est devenu facile et le référendum était possible… et chaque fois que le besoin d’amendement apparaissait, nous le justifierait… »

Shaaban a indiqué que sa demande de retarder le référendum et d’amender le projet de constitution pourrait soulever des sourcils, irriter d’autres et peut-être ridiculiser, mais sa foi dans le pragmatisme et sa foi dans le sérieux dirigent une telle demande parce que « si nous restons têtus, chacun dans son position, nous ne sortirons pas du tunnel rapidement.

Il a poursuivi : « Même si le référendum a lieu à temps et que la majorité vote oui, le taux de participation sera faible et la légitimité sera ébranlée ». Cela signifie que la contestation va se renforcer et que le système va se durcir… Oui, le système va se durcir car il va être contraint d’utiliser la force Non Le pouvoir de persuasion

À ce poste, il a donné une série de conseils liés à la préparation de l’État et à l’organisation de l’État dans le style présidentiel, au maintien du premier chapitre de la 59 Constitution, à l’abandon de l’ordre de base et à l’abandon du Conseil des régions et des régions, qui , selon son opinion, ravive le trône.

Il a estimé que la Tunisie « gagne une fois si elle se débarrasse du système de 2014… mais gagne deux fois si elle met en place une constitution acceptable et durable qui réponde au slogan « la liberté d’un système judiciaire » ».

Voici le texte complet du message :

Et si on retardait le référendum de plusieurs semaines et qu’on améliorait le texte !

Certains peuvent être surpris par cette remarque… D’autres peuvent être en colère… D’autres peuvent être moqués…

Mais je suis pragmatique, je crois à la faisabilité, et j’aime mon pays, et je ne veux pas me taire si le silence est nuisible, et je propose ce que je vois, même si les chances de mise en oeuvre sont faibles…

Si nous restons têtus, chacun dans sa position, nous ne sortirons pas du tunnel rapidement.

Même si le référendum a lieu à temps et que la majorité vote oui, la participation sera faible et la légitimité ébranlée…

Cela signifie que la contestation va se renforcer et que le système va se durcir… Oui, le système va se durcir car il sera contraint d’utiliser la force, pas la force de persuasion…

Qu’est-ce qui pousse le sage à cela ?

Je demande au président de la République de bien vouloir retarder le référendum de plusieurs semaines, de rencontrer le président du comité et d’écouter toutes les grandes sensibilités politiques, les organisations nationales et tous ceux qu’il considère comme des spécialistes, et d’élaborer un texte pour la Tunisie pour parvenir à un avenir sûr et prospère…

Avec cela, monsieur, vous avez inscrit votre nom dans les belles pages de l’histoire…

Justifier ce qu’il faut modifier… La politique c’est servir le peuple et gérer les contradictions…

Tous mes conseils…

– La préface à la vie privée tunisienne portait sur les étapes du jihad pour construire un État national et libérer la société de l’ignorance et de la pauvreté, et sur l’adhésion des Tunisiens à la liberté et sur la volonté d’organiser les pouvoirs de manière à garantir l’unité, la stabilité et la prospérité , et sur l’entrée de la Tunisie dans le futur avec des politiques pionnières

– Je déclare haut et fort que notre identité tunisienne est tunisienne et que notre personnalité est distincte. Nous sommes une nation à part entière, nous ne faisons pas partie d’autres nations, et ce mouvement de réforme a été appelé et mis en œuvre par le mouvement national.

L’État islamique mise sur le style présidentiel
Le vrai parlement basé sur la division et l’équilibre des pouvoirs est un parlement monocaméral élu au suffrage direct qui a un rôle de premier plan qui surveille le gouvernement et destitue le président de la république s’il viole gravement la constitution

Éloignez-vous de la structure de base, de la sélection ascendante et du retrait de l’agence. Ce sont toutes des pensées utopiques qui se transforment en désastres organisationnels.

– Conserver l’ancien chapitre premier de la constitution (Tunisie… l’islam est sa religion). Ce chapitre est l’essence de l’ancien ijtihad et des équilibres qui ont été établis. Soulignez la civilité de l’État si nécessaire, car les gens ont besoin d’être rassurés à l’intérieur et à l’extérieur

– Abandonner les conseils élus dans les états et les régions, car ils sont une renaissance du trône, une grève contre l’unité nationale, et l’ouverture d’un shah sans nourrir ni perturber les gouverneurs et les administrations régionales en général, et un chaos terrestre.

– Suivre le modèle des systèmes démocratiques dans l’organisation de la justice et faire la distinction entre le ministère public et les juges en exercice, car la justice est la structure de base de l’État et de la société.

– Je considère que vous rédigez une constitution non seulement pour aujourd’hui, mais pour des décennies pour d’autres présidents et pour divers partis, et considère que les majorités changent et d’aujourd’hui au pouvoir demain dans l’opposition et ne vous trompez pas car vous avez fait l’erreur de rédiger la constitution de 2014 lorsqu’il a divisé le pouvoir sur la base des majorités à l’époque.

– Je considère que la constitution est un texte vivant qui a toujours besoin d’être développé, alors ne préjugez pas des conditions d’amendement de la constitution et ouvrez la voie à un référendum

Je sais que revenir en arrière est difficile, mais c’est la meilleure voie à moyen terme… et si vous modifiez le projet, la participation au référendum augmentera de façon inattendue…

La Tunisie gagne une fois si elle se débarrasse du système de 2014… Mais elle gagne deux fois si elle met en place une constitution acceptable et durable qui réponde au slogan « la liberté d’un système judiciaire »…

Le jour où les oiseaux qui ont migré et les talents qui font l’avenir reviennent, et que le climat en Tunisie devient économiquement, culturellement et politiquement attractif, alors nous dormons et nous avons rempli une partie de notre devoir envers ce cher pays…

Professeur Al-Sadiq Shaaban


#AlSadiq #Shaaban #demande #gentiment #référendum #soit #reporté #plusieurs #semaines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.