الزاوية: 'التكتل والتيار والجمهوري متأكّدون من جاهزية تونس لبديل ديمقراطي إجتماعي يُنهي تقلّبات السلطو'

Al-Zawiya : « Ettakatol, le courant et le républicain sont sûrs de la disponibilité de la Tunisie pour une alternative social-démocrate qui mette fin aux fluctuations de l’autoritarisme.

Spread the love

Le chef du Parti démocratique pour le travail et les libertés, Khalil al-Zawiya, a dénoncé ce qu’il considérait comme « des tentatives d’enfermer les Tunisiens dans une dichotomie politique à deux, à savoir le président de la République et le mouvement Ennahda et ses alliés, en plus à scinder le parti de l’ancien système représenté par le Parti constitutionnel libre.
Lors d’une réunion consultative tenue ce dimanche à Jendouba, en partenariat avec des représentants du Courant Démocratique et du Parti Républicain, avec un certain nombre de militants de la société civile et politique et des personnalités indépendantes, Al-Zawiya a estimé que l’ère des projets bâtis sur ce qu’il a qualifié d’« idéologie primitive » a pris fin et s’est terminé au profit de « l’idéologie supérieure ». L’intérêt national repose sur l’articulation, comme il l’a dit.
Al-Zawiya a déclaré, dans une déclaration à l’agence de presse Tunis Afrique, que le parti Ettakatol et ses partenaires qui se croisent avec lui dans les mêmes orientations économiques et sociales, en référence aux partis actuels et républicains, sont devenus « sûrs de la volonté de la Tunisie pour une alternative sociale démocratique et un horizon politique, économique et social stable qui mette fin aux fluctuations et aux déceptions du pouvoir. »
Il a écarté le sérieux du président de la République dans la conduite d’un dialogue national incluant toutes les forces vives du pays, qui ont souvent réclamé ce dialogue comme solution à la crise étouffante qui a touché les plans politique, économique et social, ainsi que le niveau des relations extérieures.
Les participants à la rencontre ont exprimé leur aspiration à un projet qui perpétue leurs perceptions et coupe avec les superstructures ressenties par les Tunisiens et leur futilité, appelant dans le même temps à « mettre fin à l’état de division et de dispersion qui a clairement contribué à alimenter les discours de haine et trahison et est devenu un obstacle à l’investissement », et a mis en garde contre « l’élargissement du cercle de la colère ». citoyens et ses conséquences dangereuses.
Pour sa part, Larbi Jelassi, le représentant du « courant », a estimé que les Tunisiens ont aujourd’hui un besoin criant d’un programme économique et social qui passe par un changement de paradigme de développement consacré à la justice sociale entre les régions, la gouvernance de l’aliénation des les ressources propres et la création d’alternatives capables de résoudre les difficultés et au minimum de les atténuer, comme il l’a dit.
Afaf Daoud, expert en affaires économiques et chef du Conseil national du parti Ettakatol, a estimé que la question que se pose aujourd’hui le citoyen tunisien porte principalement sur la manière de sortir de l’étouffante crise sociale et économique, « loin des décisions populistes dont je me rends compte qu’elles sont devenues une marchandise obsolète. »


#AlZawiya #Ettakatol #courant #républicain #sont #sûrs #disponibilité #Tunisie #pour #une #alternative #socialdémocrate #qui #mette #fin #aux #fluctuations #lautoritarisme

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE