Ahmed Idris commentant le projet de constitution : C’est comme si nous étions en train d’établir un État islamique

  • par
Ahmed Idris commentant le projet de constitution : C'est comme si nous étions en train d'établir un État islamique
Spread the love

Ce matin, l’organe administratif de l’Union du travail, en présence de plusieurs experts en droit constitutionnel, s’est rendu à Hammamet pour analyser et étudier le projet de constitution présenté par le président de la République, Kais Saied, au référendum public de juillet 25 et prendre position à ce sujet.

Dans une déclaration au correspondant d’Al-Jawhara FM, le professeur de droit constitutionnel et président de l’Institut politique de Tunis a déclaré, commentant le texte du projet de constitution : « C’est une constitution rétrograde qui nous ramène en arrière et n’établit pas une démocratie État, et il a mis en garde en disant: « Comme si nous établissions un État islamique », notant que le chapitre 5 de la constitution La proposition sera utilisée pour limiter la liberté, car il n’est pas possible de comprendre les chapitres liés à la liberté, sauf par revenant au chapitre 5 selon les objectifs de l’Islam, et donc toute interprétation de la liberté doit être dans le cadre de ces objectifs qui n’existent pas aujourd’hui dans la Constitution, et des restrictions peuvent être imposées à l’avenir sur la base de la législation et des objectifs islamiques, selon à lui.

Idris a poursuivi : « Le fait que le parlement ne soit pas élu directement est basé sur un système de base, et ce que stipule la constitution, qu’il y a deux chambres qui ne sont pas élues directement et par élection générale, indique qu’il y a une escalade et donc la l’établissement d’un système de base, comme il l’a dit.
L’orateur a précisé concernant le chapitre 139 sur les dispositions transitoires, que la logique dit que le texte du référendum n’est accepté que si les électeurs votent pour lui par oui, et donc la déclaration du résultat « oui » par la commission annonce à elle seule l’entrée en vigueur du Constitution. Il a averti que la compréhension que certains ont tenté de répandre hier selon laquelle il est possible que la constitution entre en vigueur quel que soit le résultat est incorrecte, soulignant que la société civile et les personnes impliquées dans le processus référendaire sont censées se mobiliser pour observer le processus référendaire. toute la journée, pour que le résultat ne soit pas remis en cause. .
D’autre part, Idris a indiqué que le système proposé dans la nouvelle constitution consacre le système présidentiel dans lequel le président de la République exerce un contrôle sur le reste des autorités et ne leur laisse aucune compétence. Il n’est pas responsable, bien qu’il ait tous les pouvoirs, il y a un grand déséquilibre entre les autorités et il y a parfois une fusion des autorités, qui sont devenues des emplois, selon lui.

Jardin d’enfants Al-Alaqi


#Ahmed #Idris #commentant #projet #constitution #Cest #comme #nous #étions #train #détablir #État #islamique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.