Fawzi Al-Sharafi : Le projet de constitution ne parle pas d’État civil

  • par
فوزي الشرفي: مشروع الدستور لا يتحدّث عن دولة مدنيّة
Spread the love

Fawzi Al-Sharafi : Le projet de constitution ne parle pas d'État civil

Le secrétaire général du Parti de la voie social-démocrate, Fawzi Al-Sharafi, a déclaré aujourd’hui, vendredi 1er juillet 2022, que le projet de constitution proposé contenait des lacunes majeures et témoignait d’une régression par rapport à la constitution de 2014, malgré les insuffisances au niveau du système politique dans la constitution de 2014.

Al-Sharafi a indiqué que le projet de constitution ne parle pas d’un État civil sous prétexte de la différenciation entre la religion et l’État, de sorte que la religion d’État est re-citée au chapitre 5 et l’affiliation à la nation islamique et l’adoption ultérieure de La charia et les principes de la religion comme source de législation.

Le secrétaire général du parti Masar a estimé que le président de la République, Kais Saied, présentait l’islam politique, dirigé par le mouvement Ennahda, sur un plateau, à moins qu’il ne soit obtenu en 2011.

Al-Sharafi a souligné que le système politique stipulé dans le projet de constitution établit l’unicité du pouvoir et un système autoritaire et donne au président de la République toute influence, considérant que tous les conseils et emplois autour de lui sont fictifs, comme il l’a dit, en particulier puisqu’il peut dissoudre le Parlement, révoquer des ministres et nommer des postes de direction alors qu’il n’existe aucun mécanisme de contrôle de son travail.

Le secrétaire général du parti Masar, Fawzi al-Sharafi, a estimé que le projet de constitution heurtait toutes les contre-autorités et institutions qui représentent la pierre angulaire de tout système démocratique, après avoir abandonné tous les organes constitutionnels, à l’exception de la commission électorale, qui nomme tous ses membres, en plus de le limiter aux juges uniquement au niveau de la composition de la Cour constitutionnelle.

Al-Sharafi a souligné que le projet de constitution avait été écrit pour qu’une seule personne établisse un régime autoritaire qui pourrait entraîner le pays dans la dictature, comme il l’a dit.

Le secrétaire général du parti Masar a indiqué que le projet de constitution, bien qu’il inclue des droits et des libertés, était mentionné en termes absolus.

Karim et Nas


#Fawzi #AlSharafi #projet #constitution #parle #pas #dÉtat #civil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.