Entre le projet de constitution et les promesses de Belaïd : la porte de l’économie était absente.. et j’ai suivi des cours à part

  • par
بين مشروع الدستور ووعود بلعيد: غاب باب الاقتصاد.. وحضرت فصول متفرّقة
Spread the love

Le nouveau projet de constitution était absent du chapitre sur les affaires économiques et sociales, dont ont parlé le coordonnateur de la Commission nationale consultative pour une nouvelle République, Sadiq Belaid, et le coordonnateur du Comité consultatif pour les affaires économiques et sociales, Ibrahim Bouderbala , en plus d’un membre du comité juridique qui a rédigé la constitution, Amin Mahfouz à plus d’une occasion. .

La commission des affaires économiques, créée en vertu du décret portant création d’un organe consultatif pour une nouvelle république, tint quatre réunions à l’hôtellerie de Carthage. Inclure le résultat de leurs travaux dans le projet de constitution après que le Comité juridique l’a assigné à un chapitre unique dans lequel les avis et positions contenus dans le Comité économique et social sont transformés en principes et chapitres constitutionnels.

Le dossier économique du projet de constitution, qui a été publié par le président de la République, Kais Saied, le jeudi soir 30 juin 2022, au journal officiel de la République tunisienne, était éparpillé entre le préambule et quelques chapitres portant des références à aspects économiques et sociaux.

Dans la préface du nouveau projet de constitution, qu’il a appelé la « Constitution du 25 juillet », le législateur a inclus quelques références au dossier économique, en disant : « Alors que nous approuvons cette nouvelle constitution, nous croyons que la vraie démocratie ne réussira que si la politique la démocratie s’accompagne de la démocratie économique et sociale, en permettant au citoyen d’exercer son droit au libre choix, la responsabilité de ceux qui l’ont choisi, et son droit à une juste répartition des richesses nationales.

Le préambule indiquait également : « Nous réitérons également que le système républicain est le meilleur garant pour préserver la souveraineté du peuple et répartir équitablement les richesses de notre pays entre tous les citoyens, hommes et femmes. Nous travaillerons avec constance et sincérité pour assurer que la et le développement social est continu sans trébuchement ni recul dans un environnement sain qui augmente la Tunisie verte verte d’un bout à l’autre, il n’y a de développement continu et permanent que dans un environnement sain exempt de toute cause de pollution.

Le préambule était suivi du chapitre portant sur les dispositions générales, qui était mentionné au chapitre treize de celui-ci : « L’État est soucieux d’assurer les conditions nécessaires au développement des capacités des jeunes et de leur donner tous les moyens pour les aider efficacement à le développement global du pays.

Comme indiqué au chapitre quinze, « Payer les impôts et les dépenses publiques est le devoir de chaque personne sur la base de la justice et de l’équité… et toute évasion fiscale est considérée comme un crime contre l’État et la société.

Le législateur a déclaré au chapitre seize que « la richesse de la patrie appartient au peuple tunisien et l’État doit s’efforcer de répartir ses revenus sur la base de la justice et de l’équité entre les citoyens de toutes les régions de la République ».

Le chapitre dix-sept ajoute : « L’État garantit la coexistence entre les secteurs public et privé et œuvre à leur intégration sur la base du travail social.

Le législateur a également déclaré au chapitre dix-huit que « l’État doit fournir tous les moyens légaux et matériels aux chômeurs pour lancer des projets de développement ». Le législateur a ajouté au chapitre dix-neuf que « l’administration publique et les autres installations de l’État au service du citoyen sur la base de l’impartialité et de l’égalité, et toute discrimination entre les citoyens sur la base de toute affiliation est un crime puni par la loi ».

Le chef de la coordination de la Commission nationale consultative pour une nouvelle République, Sadiq Belaid, avait déclaré dans un communiqué de presse samedi 18 juin 2022, que le projet de constitution qui sera présenté au président de la République le lundi 20 juin, 2022, en sera le premier chapitre, après le préambule, consacré aux fondements de l’avancement de l’économie tunisienne, comme il l’a dit.

Dans une déclaration aux médias à la Maison d’Hôtes de Carthage, après la fin d’une session qui a réuni le Comité économique avec un certain nombre de contributeurs à la rédaction du projet de constitution, Bailid a admis que « la citation sur les affaires économiques et sociales dans le chapitre premier de la constitution est un premier geste par rapport au reste des constitutions. »

Le général de brigade Belaid a indiqué que le peuple s’est révolté contre la pauvreté et a demandé l’aide de l’État, les questions économiques sont donc considérées comme une priorité, soulignant que l’économie parallèle a affecté 40% du produit intérieur brut, comme il l’a dit.

Bien-aimé et que


#Entre #projet #constitution #les #promesses #Belaïd #porte #léconomie #était #absente #jai #suivi #des #cours #part

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.