Coordination des structures judiciaires : La situation des grévistes de la faim est imminente

  • par
تنسيقية الهياكل القضائية: حـالة المضربين عن الطعـام توشك على الخطـر
Spread the love

La Coordination des Structures Judiciaires a confirmé dans un communiqué ce soir, mercredi 29 juin 2022, que l’état de santé des magistrats en grève de la faim s’était détérioré selon le témoignage et le témoignage du médecin qui les a examinés cet après-midi, qui indiquait que le la situation de danger n’est plus loin pour les grévistes.

La coordination a renouvelé son appel au président de la République pour qu’il rétracte l’ordonnance d’exemption contre tous les collègues, comme la rétractation du décret n° 35 et l’ouverture de la porte au dialogue pour trouver les moyens de résoudre cette grave crise sur le système judiciaire et les institutions judiciaires.

La coordination a tenu l’autorité exécutive pleinement responsable des troubles que les juges en grève de la faim pourraient causer après que leur état de santé ait atteint le stade alarmant de danger imminent pour leur vie.

Voici le texte de la déclaration :

La Coordination des Structures Judiciaires et son suivi de la situation des magistrats visés par les décisions d’exonération des grévistes de la faim depuis le 22 juin 2022, appelle le Président de la République à retirer le Décret n°35 et à annuler l’Ordonnance n°516 selon à laquelle 57 magistrats ont été révoqués en dehors de toutes garanties disciplinaires et sans garantir le droit de défense et de confrontation, qui représente Les revendications de tous les magistrats qui se battent pour cela, la décision de suspendre les travaux de tous les tribunaux il y a quatre semaines, n’a rencontré qu’un escalade de la part du pouvoir exécutif, et elle n’est pas issue d’une situation de blocage des perspectives de dialogue et de l’absence de tout traitement rationnel de la crise et de ses dangereuses répercussions.

À la suite de la détérioration de l’état de santé des juges grévistes de la faim, selon un communiqué et une déclaration du médecin qui les a examinés à midi aujourd’hui, 29 juin 2022, qui a confirmé que leurs cas sont préoccupants au début de leur souffrance d’hypotension artérielle et de déshydratation due à l’eau avec une grande fatigue pour le collègue Hammadi Al-Rahmani et des douleurs aux reins Il a également clairement indiqué que la situation de danger n’est plus loin pour les grévistes.

Sur la base de cet examen médical et afin d’éviter le désastre auquel sont confrontés les magistrats grévistes, la Coordination des Structures Judiciaires :

Premièrement: Il renouvelle son appel au Président de la République pour qu’il rétracte l’ordre d’exempter tous les collègues de l’ordre injuste, comme le retrait du décret n ° 35 et l’ouverture de la porte au dialogue pour trouver les moyens de résoudre cette grave crise pour le système judiciaire et institutions judiciaires, le sort des magistrats grévistes, de tous les magistrats dispensés et de tous les magistrats.

Deuxièmement : L’autorité exécutive porte l’entière responsabilité de l’agitation qui peut affecter d’autres grévistes de la faim après que leur état de santé ait atteint le stade alarmant d’un danger imminent pour leur vie.

Membres de la Coordination des Structures Judiciaires :
Anas Al Hammadi, président de l’Association des magistrats tunisiens
– Rifqa Al-Mubarki, présidente de l’Union des juges administratifs
Wael Al-Hanafi, président de l’Union des juges de la Cour des comptes
Mme Garchi, Présidente de l’Association des femmes juges tunisiennes
– Laila Doss, Secrétaire Générale de l’Association Tunisienne des Jeunes Magistrats


#Coordination #des #structures #judiciaires #situation #des #grévistes #faim #est #imminente

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.