بلحاج حميدة: سعيّد لم يقم بإصلاحات.. بالعكس عدنا إلى الوراء

Belhadj Hamida : Saïd n’a pas fait de réformes.. Au contraire, nous sommes revenus

Spread the love

Aujourd’hui, dimanche, Bouchra Belhaj Hamida, alors qu’elle animait l’émission « Jawub Hamza », a expliqué qu’elle avait décidé d’arrêter le travail politique après avoir quitté le parti « Nidaa Tounes », affirmant que sa présence au Parlement était pour des objectifs de droits humains et non partisans.

Elle a déclaré : « Nous avons établi un certain nombre de principes et de valeurs dans la société tunisienne, notamment le mariage d’une femme tunisienne avec un non-musulman, la loi sur l’entêtement contre les femmes et le Conseil supérieur de la magistrature ».

Et elle a poursuivi : « Je ne participe pas à des mouvements politiques, mais à des mouvements de la société civile qui brandissent des slogans de défense des droits de l’homme, des droits et des libertés… Je n’ai pas soutenu les citoyens contre le coup d’État parce que ce sont des mouvements politiques.

Elle a ajouté : « Je n’étais pas convaincue de retirer la confiance au gouvernement de Habib Essid, mais les contraintes politiques nous ont poussés à faire des compromis ».

Elle a également précisé qu’une partie de la classe politique n’assumait pas sa responsabilité en accédant au pouvoir et qu’il n’y avait aucune tendance à résoudre les problèmes des Tunisiens, mais l’objectif principal était de rester au pouvoir et de servir des intérêts personnels, et c’est ce que arrivé à Nidaa Tounes après son arrivée au pouvoir.

Et elle a poursuivi : « Moncef Marzouki est le seul président de l’histoire de la Tunisie. Les membres de ma famille ne sont pas entrés au gouvernement. Hafez Caïd Essebsi est venu à l’appel, Maloul. image. »

Dans un autre contexte, elle a déclaré : « Le président de la République doit unifier la Tunisie et apporter de l’espoir, pas intimider l’opposition… d’autant plus que la liberté d’expression n’a pas été menacée, et que Said Minjem fait quelque chose ! »

Elle a poursuivi : « Al-Nahda et son chef, Rached Ghannouchi, ont été à plusieurs reprises insultés et critiqués pendant leur règne, et personne n’a été renvoyé à l’époque… Mais maintenant, le président Saeed a été tyrannique. »

Et elle a poursuivi: « Il n’y a pas eu de réforme avec Qais Saeed, au contraire, nous sommes revenus. Les juges sont revenus à la peur.. Qais Saeed n’est pas un messager.. Jusqu’à présent, je n’ai pas vu de bon choix de sa part. »

En ce qui concerne la commission électorale, elle a déclaré : « Le candidat (en référence à Qais Saeed) s’organise en matière… C’est un candidat pour moi, étant donné qu’il n’est pas sorti et a dit : « Je ne vais pas me présenter , et je me contenterai des réformes de la commission électorale. »

Elle a ajouté : « Saïd ne restera pas à vie s’il met en place une constitution comme il la veut… Je veux lui dire, Seigneur, que ta vie va se prolonger et qu’il n’arrivera pas qu’elle devienne la mienne avant toi. . »


#Belhadj #Hamida #Saïd #pas #fait #réformes #contraire #nous #sommes #revenus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Facebook
WP Radio
WP Radio
OFFLINE LIVE