Il est prévu qu’une ligne pour soutenir les besoins des fonds structurels de circulation pour les petites et moyennes entreprises soit établie avant la fin de 2022

Le directeur du briefing, du diagnostic et du développement de la Banque de financement des petites et moyennes entreprises, Hamdi Qusayah, a déclaré qu’il est prévu de créer une ligne pour soutenir les besoins des fonds structurels d’échange pour les petites et moyennes entreprises avant la fin de 2022.

Qusayah a déclaré dans un communiqué à « Watt », que la première phase de ce nouveau produit bancaire est achevée, à savoir la ligne de soutien aux besoins de fonds commerciaux structurels des petites et moyennes entreprises, qui est représentée dans la mise en œuvre des caractéristiques techniques du projet et établir une demande de ligne de financement propre, qui sera mise à la disposition des banques. Octroyer des prêts qui soutiennent la structure des fonds commerciaux d’entreprise et en confier la disposition et l’assurance des opérations d’accompagnement de la Banque de Financement des Petites et Moyennes Entreprises.

Qusayah a souligné que le produit bancaire, estimé à 100 millions de dollars, vise notamment à préserver et développer le tissu économique en diversifiant et en rationalisant les interventions bancaires, en plus de leur fournir des ressources financières et d’élargir les domaines de leur intervention en soutenant les activités des petites et moyennes entreprises.

Il a ajouté que ce projet vise également à changer les approches typiques des interventions des banques, en particulier pendant les crises, et à les rendre plus adaptées aux besoins immédiats des petites et moyennes entreprises, en plus d’activer leur rôle d’accompagnement des petites et moyennes entreprises et de constamment à l’écoute de leurs besoins en tant que partenaire stratégique et non en tant que relation banque-client.

En ce qui concerne le financement des prêts structurants, Qusayah a indiqué que les ressources de la ligne seront utilisées par les banques en attribuant des prêts à moyen terme à un taux maximum de 50% sur les ressources de la ligne et 50% de leurs engagements totaux envers le client. sur leurs propres ressources, qu’il s’agisse d’un projet de création ou d’expansion.

L’orateur a souligné la nécessité de créer une application informationnelle de coordination entre toutes les parties pour éviter les lenteurs et apporter l’efficacité requise dans le traitement des dossiers et pour mener à bien les opérations de suivi au maximum, comme il l’a dit.

Il a déclaré que la situation économique et sociale difficile que connaît la Tunisie au cours de ces années, en particulier la phase post-pandémie de coronavirus, a affecté négativement le climat d’investissement et les transactions économiques en général, limitant la rentabilité des institutions émergentes et nouvellement accomplies et réduisant les chances de leur succès, en particulier ceux qui ont dépassé le coût prévu de leur mise en œuvre.

Et il a indiqué la nécessité de permettre aux entreprises confrontées à plusieurs difficultés, d’obtenir régulièrement des prêts à moyen terme pour subvenir à leurs besoins de fonds structurels d’échange, afin de fournir des liquidités permettant de sécuriser un stock suffisant de matières premières et de produits pour faire face au écart causé par la variation des délais de remboursement des dettes par les clients et d’allonger la durée de remboursement des sommes dues par les entreprises. Elle perpétue ses dettes auprès de ses fournisseurs, qui ne seront pas disponibles dans la plupart des cas.


#est #prévu #quune #ligne #pour #soutenir #les #besoins #des #fonds #structurels #circulation #pour #les #petites #moyennes #entreprises #soit #établie #avant #fin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.