La Coordination des structures judiciaires « met en garde » contre toute mesure arbitraire à l’encontre des magistrats

  • par
تنسيقية الهياكل القضائية ''تحذر'' من أيّ إجراءات تعسفية تجاه القضاة
Spread the love

La coordination des structures judiciaires

Dans un communiqué, la Coordination des structures judiciaires a mis en garde le ministère de la Justice contre « la prise de mesures arbitraires contre les juges » dans le contexte de leurs « luttes légitimes », soulignant qu’elle était prête à y faire face « avec tous les moyens légaux et toutes les formes de lutte disponibles au niveau national ». niveaux national et international.

Cette déclaration intervient après que le ministère de la Justice a annoncé dans une communication qu’il continuerait à mettre en œuvre les retenues sur les salaires des juges grévistes pour le mois de juillet prochain « conformément à la règle du travail accompli », après avoir prolongé leur grève pour la quatrième semaine consécutive dans le contexte de la révocation par le Président de 57 juges considérée par la Coordination comme une décision injuste. Elle a été prise sans passer par les voies disciplinaires et en violation flagrante des principes du procès équitable, de la présomption d’innocence et du droit à la défense, selon le texte du communiqué.

La coordination a dénoncé « avec force » ce qu’elle considère comme une méthode de pression et d’intimidation de la part du ministère de la Justice à travers cette procédure, dans laquelle le ministre s’est appuyé sur des exigences inconstitutionnelles considérées comme nulles et non avenues, selon le texte du communiqué.

La coordination a ajouté que « le droit des syndicats, y compris le droit de grève des magistrats, est garanti par la Constitution de la République tunisienne et par les traités internationaux ratifiés ».

Elle a souligné que ce qu’elle a qualifié de « politique systématique d’intimidation » ne découragerait pas les magistrats de défendre l’indépendance de la justice comme garantie fondamentale pour le justiciable, leur rejet du mécanisme d’exemption arbitraire et leur désespoir de préserver les acquis constitutionnels et retirer la main du pouvoir judiciaire, en particulier à la lumière de la pratique d’un certain nombre de juges couverts par l’exemption. Une grève de la faim pour défendre l’honneur et la dignité de la justice et son indépendance en tant que revendication nationale et démocratique, selon le communiqué.

La coordination a également exprimé son étonnement face à « la poursuite par l’exécutif de la politique de fuite en avant et de compliquer davantage la crise dont elle était à l’origine et d’alimenter l’état de tension que connaît la communauté judiciaire au lieu d’ouvrir la porte au dialogue pour trouver des solutions justes et équitables ». des solutions équitables malgré les appels lancés par les magistrats et leurs structures représentatives. .


#Coordination #des #structures #judiciaires #met #garde #contre #toute #mesure #arbitraire #lencontre #des #magistrats

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.