Ministre de l’Industrie : Le nombre de puits de pétrole est passé de 38 à 7 au cours des dix dernières années

وزيرة الصناعة:  تراجع عدد آبار النفط من 38 الى 7 آبار خلال العشر سنوات الأخيرة
Spread the love

Le ministre de l’Industrie, de l’Énergie et des Mines, Naila Al-Qanji, a indiqué que la production de pétrole brut et de gaz naturel a considérablement diminué au cours des dix dernières années et que le nombre total de puits est passé de 38 à 7 puits.
Lors de la conclusion du colloque de formation sectorielle de l’Université Générale du Pétrole et de la Chimie, tenu à Hammamet, et consacré cette année aux techniques de négociation délibérative et au système d’appui aux hydrocarbures, elle a ajouté qu’une baisse progressive de la production nationale des hydrocarbures a été enregistrée en raison de la baisse de l’activité de recherche et de l’impossibilité de parvenir à de nouvelles découvertes, avec une tendance à la hausse de la production enregistrée depuis L’année 2020 est due à l’entrée en production des champs de Nawara et Halag Al-Manzil.
Cela a conduit, selon El-Kenji, à un creusement du déficit énergétique primaire, qui s’est élevé à 48% en 2021 contre 10% en 2010, notant les répercussions de la dépendance à l’approvisionnement en matières énergétiques sur l’économie tunisienne à la lumière de les fluctuations des prix de l’énergie au niveau international.
La valeur des subventions aux carburants dans le cadre de la loi de finances 2022 est estimée à 5,1 milliards de dinars, ce qui a été tiré en adoptant l’hypothèse d’un prix du baril de pétrole de l’ordre de 75 dollars, alors qu’aujourd’hui il oscille entre 110 et 120 dollars, ce qui nécessite une augmentation de la taille du budget alloué au soutien. Elle a souligné que l’augmentation de 1 dollar du prix du baril entraîne une augmentation des dépenses de soutien de 137 millions de dinars.
Elle a déclaré que la hausse des prix du carburant, en particulier du pétrole brut, a nécessité une modification des prix du gaz naturel, en particulier que les groupes à revenu moyen et faible ont été pris en compte, étant donné que l’augmentation des prix n’inclut pas 85 % du total des bénéficiaires de les services de la Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz.
Elle a indiqué que les récents amendements, qui incluaient les prix des carburants, étaient programmés dans le cadre de la loi de finances pour l’année 2022, avec une augmentation de 3% sur une base mensuelle, ajoutant qu’il n’y a pas d’intention d’augmenter la subvention, mais plutôt un travail sera fait pour rationaliser le soutien et l’orienter davantage vers ceux qui le méritent.
Elle a souligné que le niveau de soutien représente 58% des dépenses de développement, 13% des ressources propres de l’État et 3,7% du produit intérieur brut. Elle a expliqué que l’électricité, le gaz, le gaz de pétrole liquéfié et le gasoil représentaient la plus grande partie de la subvention de soutien.
Elle a mentionné que la consommation de bouteilles de GPL est estimée à 45,2 millions de bouteilles en 2021, dont environ 89% destinées au secteur de l’habitation, d’autant plus que le prix n’a pas été modifié depuis 2010, ce qui explique son utilisation dans d’autres secteurs.
Et elle a indiqué que dans le cadre de la prévention des répercussions de la hausse sans précédent des prix mondiaux des carburants, le ministère a adopté un certain nombre de mesures, notamment la rationalisation de la subvention et son orientation vers ceux qui le méritent, en tenant compte du pouvoir d’achat des groupes vulnérables et l’ajustement partiel des prix de l’électricité, du gaz et des produits pétroliers.
Elle a souligné l’importance d’informer les institutions en réalisant des audits énergétiques et en simplifiant les procédures et les délais pour bénéficier des interventions du Fonds pour la transition énergétique en adoptant la numérisation et en simplifiant les procédures et en accélérant la mise en œuvre des projets d’autoproduction d’électricité à partir d’énergies renouvelables, en outre la mise en œuvre de programmes spéciaux pour certains secteurs, dont l’agriculture, la pêche et le tourisme.
Il a également souligné la nécessité de rationaliser la consommation d’énergie dans tous les secteurs grâce à l’entretien préventif de la flotte de transport, à l’utilisation des nouvelles technologies de communication, à encourager les agriculteurs à utiliser l’énergie solaire pour pomper l’eau et à encourager l’utilisation d’équipements économes en énergie dans le secteur de la pêche. .
Pour sa part, l’expert en énergie, Khaled Ben Kaddour, a déclaré lors de son intervention qu’il a prononcée intitulée « Réforme du système de subvention des hydrocarbures dans une perspective sociale que la Tunisie ne produit que 3% d’énergie alternative tout en maintenant 97% de la production d’énergie par les hydrocarbures ». , soulignant que la Tunisie n’a pas connu l’étape de la transition énergétique, d’autant plus qu’elle ne s’est pas encore lancée dans la production d’énergie alternative.
De son côté, le secrétaire général de l’Université générale du pétrole et de la chimie, Salah al-Din al-Salmi, a souligné le refus de l’Union générale tunisienne du travail de créer des entreprises sous des noms cachés pour produire de l’électricité et nuire aux institutions publiques, malgré son soutien au la production d’énergies alternatives et le développement des énergies renouvelables.


#Ministre #lIndustrie #nombre #puits #pétrole #est #passé #cours #des #dix #dernières #années

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.